COMMENT METTRE EN PLACE UN REGIME SANS PLV

Pour commencer et afin d’avoir une amélioration (ou pas) qui permette de tirer des conclusions fiables il faut s’astreindre à un régime strict durant 1 mois. Si vous ne respectez pas le régime strict il est possible qu’il n’y ait aucune amélioration non pas parce que ce n’est pas les protéines de lait de vache, mais parce que vous (ou votre enfant) réagit à d’infimes traces ou réagit également au lait de brebis ou de chèvre… Il vaut donc mieux commencer de façon stricte quitte ensuite à assouplir que l’inverse qui peut faire perdre du temps ou passer à côté d’une solution. D’autre part 1 mois est le délai qui permet au corps d’éliminer toute trace de PLV, il faut donc parfois attendre ce délai pour voir une amélioration (rarement quand même, mais ça peut arriver).

Il faut donc retirer de l’alimentation :

Tout produit laitier : lait, beurre, yaourt, fromages, fromages blanc, crème dessert, crème….

  • Tout produit contenant des dérivés laitiers, et ayant dans sa liste d’ingrédients une des mentions suivantes : Lait, protéine de lait, lactosérum, caséine, caséinate, lactalbumine, lactose, margarine, crème, beurre.
  • Tout produit portant la mention : contient du lait, fabriqué dans un atelier qui utilise du lait, peut contenir des traces de lait….
  • Tous produits laitiers issus d’autres laits animaux : chèvre, brebis, jument ou ânesse.

Le soja peut être consommé ponctuellement mais il ne faut en aucun cas remplacer massivement les PLV par du soja (lait de soja, yaourt au soja…) car il existe un fort risque d’allergie croisée entre les PLV et le soja.

Dans certains cas il faut également exclure le veau et le bœuf de l’alimentation.

Si après la mise en place de ce régime il y a une amélioration et que vous souhaitez le prolonger, il est parfois possible de l’assouplir. Peut être vous est il possible de supporter les produits portant la mention « peut contenir des traces de lait » ou bien peut être supportez vous le lait de chèvre, mais pas celui de brebis ou de vache…. Mais il n’y a pas de règle, il vous faudra donc faire des essais suffisamment espacés afin de tirer des conclusions fiables.

 

+ d'info

Le régime d’éviction : http://www.cicbaa.com/pages_fr/regimes/lait.html le site du CICBAA

 

 

COMMENT REMPLACER GUSTATIVEMENT LE LAIT ?

Lors de la mise en place d’un régime on est souvent découragé par l’ampleur de ce que nous n’avons plus le droit de consommer. Ce n’est bien sûr pas la bonne attitude, mais tout le monde passe par là (moi la première). Lorsque l’on cherche à remplacer on est souvent frustré parce qu’on arrive jamais à retrouver le goût exact ou la texture du lait (jusqu’à ce qu’on l’oublie ^^).  Le mieux étant de changer d’habitude alimentaire ce qui évite une trop grande frustration.

Mais bon comme c’est toujours très beau sur le papier mais que nous sommes dans la vraie vie, je vais quand même vous donner 2-3 trucs pour survivre dans ce monde sans PLV :

Remplacer le beurre  par de la margarine (il en existe quelques marques sans PLV), par de la graisse de palme ou encore par de l’huile (l’huile donne de très bon résultat dans les gâteaux)

- Remplacer la crème par de la crème végétale type crème de coco, ou crème de soja pour les plats en sauce.

- Remplacer le lait par de l’eau, du bouillon de légume ou des jus de fruits selon la préparation, voir du  « lait » de riz pour les sauces types béchamel ou les crêpes.

- Remplacer  les yaourts par des crèmes dessert à base d’amande, de soja, de lait de coco, faites maison ou trouvées en boutique bio.

 

 

COMMENT REMPLACER NUTRIONNELLEMENT LE LAIT ?

Il n’y a pas besoin d’avoir fait un diplôme de diététicienne pour se demander « mais si je ne mange plus de lait, je vais être carencée en calcium !? »

Je vous avoue que cette histoire de calcium me laisse très perplexe, les médecins me prédisent les pires maux à chacune de mes visites parce que je ne consomme plus de produits laitiers, mais personnes n’est capable de m’expliquer exactement les risques encourus, ni de me proposer un dépistage fiable d’une éventuelle carence en calcium. Bien sûr comme en plus j’ai le mauvais gout d’allaiter à passer 2 ans je suis vraiment une mauvaise candidate/patiente.

D’après ce que j’ai compris de mes différentes lectures et conversations avec le monde médical, il en ressort : qu’il n’existe pas de test fiable pour savoir si vous êtes en carence calcique. Les dosages sanguins ne donnent qu’un aperçu de la situation au moment de la prise de sang mais ne donnent pas une idée des réserves. L’ostéodensitométrie quant à elle permet d’avoir un aperçu des réserves mais n’est exploitable que si vous en réalisez plus d’une afin de savoir si vous restez stable, si vous vous décalcifiez ou si au contraire vous vous recalcifiez…. Et bien sûr l’ostéodensitométrie n’est absolument pas exploitable en période d’allaitement ou de grossesse...

Sans compter que la carence en calcium semble être une mode puisque que malgré mes nombreux régimes d’éviction personne ne se soucie de savoir si j’ai suffisamment de fer, de zinc ou même de magnésium…. Par contre le calcium, j’y ai droit à chaque fois.

Une dernière chose sur ce sujet, tout le monde s’inquiète de l’apport en calcium, mais quand on parle de l’assimilation il n’y a plus personne. Vous pouvez vous gaver de calcium mais si vous êtes incapable de l’assimiler et de le fixer cela n’a absolument aucun intérêt.

 

 

OU TROUVER DU CALCIUM ?

Et bien il existe un certain nombre d’aliments qui en contiennent, les produits laitiers certes mais également : les sardines en boîtes (avec les arrêtes), les légumes verts (choux, épinards, brocolis…), les oléagineux (sésame complet, amandes), les fruits secs (dattes ou figues), les algues (wakamé), les eaux fortement minéralisées (hepar, contrex)…

Si malgré cela vous avez peur de manquer de calcium, il existe des compléments alimentaires qui peuvent vous en fournir. Attention toutefois à ce qu’ils ne contiennent pas de dérivés laitiers. La forme la plus simple est le carbonate de calcium, sous forme de poudre que certaines pharmacies vendent en « vrac ».

Je vous renvoie également à la lecture de ces 2 liens (sur le site canadien passeport santé) qui font un point très objectif de la situation, je les trouve ni anti ni pro produits laitiers et c’est très reposant pour une fois !

Le calcium est essentiel…Et le lait ? http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/ArticleComplementaire.aspx?doc=lait_calcium_do

Fiche complète sur le calcium http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=calcium_ps

 

 

ET LE CAS DES ENFANTS PAS ENCORE SEVRÉS ?

Tout le début de cet article ne s’applique bien sûr qu’aux enfants sevrés (c'est-à-dire passé 3 ans environs) ou aux adultes. Avant cet âge, les enfants ont besoin d’un apport en laitage.

Le mieux est bien sûr de les allaiter jusqu’au sevrage naturel et dans ce cas c'est la mère qui pratique le régime sans PLV.

Si vous ne souhaitez pas ou plus allaiter, il est important de ne pas substituer les laits artificiels de votre enfant par des jus végétaux (voir l’article sur le sujet ICI). Il existe sur le marché de nombreux hydrolysats de protéines en vente libre ou bien sur ordonnance qui remplaceront convenablement les laits artificils avec PLV.