Voici une liste non exhaustive des aménagements thérapeutiques de base qu'on peut mettre en place contre un reflux gastro-oesophagien :

 

  • "Garder l’enfant en position verticale pendant et après les tétées. La gravité aidera à éviter les remontées acides. Porter l’enfant régulièrement dans un porte-bébé qui le maintient en position verticale, en veillant à éviter une compression abdominale. Le mettre au sein en faisant en sorte qu’il ait la tête plus haut placée que le tronc. Portersouvent le bébé. Pleurer régulièrement augmente le risque de reflux. Ne pas trop serrer les couches (préférer les couches qui s’attachent sous l’ombilic). Se méfier des « maxi-cosis » dans lesquels l’enfant est tassé sur lui-même." *
  • "Lui faire faire des rots à plusieurs reprises pendant la tétée, surtout s’il tète goulument. Moins il aura d’air dans l’estomac, moins il risquera d’avoir un reflux." *
  • "L’augmentation de la fréquence des repas et la diminution de leur volume n’a pas réellement fait la preuve de son efficacité, mais semble cependant être une mesure de bon sens : un estomac moins rempli débordera moins volontiers qu’un estomac distendu par un volume important de liquide. Préférer donc les petites tétées fréquentes. Le lait coulera moins vite et le bébé avalera moins d’air. Si nécessaire, ne donner à l’enfant qu’un seul sein par tétée." *
  • "Eviter de donner à l’enfant tout liquide non indispensable ; proscrire tout particulièrement les jus de fruit acides." * Penser également aux excipients des vitamines (D ou K) qui peuvent parfois provoquer ou entretenir un reflux.
  • "Certains bébés souhaitent téter souvent parce que le fait d’avaler du lait diminue l’acidité œsophagienne en tamponnant les sécrétions gastriques, et que la succion a un effet calmant. D’autres enfants comprendront rapidement que le fait de manger est suivi de manifestations douloureuses, et pourront refuser de téter. Dans ce cas, il sera utile de varier les positions d’allaitement, de marcher pendant que l’enfant tète, d’avoir beaucoup de contacts physiques avec lui." *
  • "En cas de RGO sévère, un traitement postural sera institué. L’enfant sera placé pour dormir en position ventrale déclive à 30° jusque vers environ 5-6 mois, maintenu par un harnais. Par la suite, l’enfant tolérant souvent mal le harnais, la tête du lit sera surélevée par des cales." *
  • En cas de reflux associé à un réflexe d’éjection fort du lait (REF), il faudra simplement "aménager" votre allaitement pour limiter les effets du REF.
  • Le fait de dormir près ou avec votre bébé (co-dodo, co-sleeping, co-sommeil) pourrait vous permettre de pouvoir l’allaiter la nuit dans les plus brefs délais, en limitant votre fatigue, un bébé-RGO ayant souvent besoin de téter fréquemment pour limiter la douleur due aux remontées acides.
  • Ne pas banaliser et tout faire pour calmer les pleurs (bercements, portage, tétées à la demande...). Plus un bébé pleurera, plus ça accentuera son reflux.
  • Ne pas hâter la diversification, car les solides brûlent plus l'oesophage que le lait maternel lors des remontées gastriques.
  • Privilégier le confort : ne pas serrer le ventre du bébé (couches et pantalon larges); ne pas serrer sa cage thoracique en le prenant par exemple; ne le soulever de terre pas trop rapidement; ne le relever pas d'un coup sec au réveil; ne le chahuter pas trop surtout après le repas. Tous ces gestes peuvent provoquer une remontée acide douloureuse.
 
* Extrait du Dossier de l'allaitement n°41 "Allaiter un bébé souffrant d'un reflux gastro-oesophagien"

 

 

 

+ d'info