La décision d'utiliser ou non une tétine appartient aux parents. Il est vrai qu'avec un bébé souffrant d'un reflux, l'idée est tentante. Il faut savoir que la tétine n'est pas toujours compatible avec l'allaitement au sein.

Certains bébé s'en accommoderont, alors que d'autres seront perturbés et refuseront parfois le sein. Il est donc important de mettre en garde et de mesurer les risques de l'introduction d'une tétine, tutute, suce ou sucette.

 

 

Les recommandations

On recommande d'éviter l'utilisation d'une tétine avant 4 semaines. En effet, à cette période, la production de lait de la mère n'étant pas encore bien régulée et le risque de confusion beaucoup plus grand chez le jeune nourrisson, introduire une sucette les premières semaines risque de détourner le bébé du sein et peut faire capoter l'allaitement.

 

 

Les risques

Pour mieux comprendre, il faut savoir que la manière de sucer une tétine est différent de la manière de téter. Le bébé ne place pas sa langue de la même manière en fonction qu'il s'agisse du mamelon ou d'une tétine (sucette et biberon). Il peut donc ne plus savoir comment téter après l'introduction d'une tétine et faire ce qu'on appelle une grève de la tétée (arrêt brutal des tétées) ou créer des douleurs aux mamelons.

D'autre part, le biberon délivre du lait à une vitesse constante. Ce n'est pas le cas chez les bébés exclusivement allaités, qui doivent avoir une succion active pour faire venir le lait et déclencher le réflexe d'éjection du lait. Il y a plusieurs réflexes d'éjection au cours d"une même tétée, ce qui fait qu'il y a plusieurs phases de succion chez le bébé allaité. En suçant une tétine de biberon, le bébé peut désapprendre à téter efficacement et risque de se détourner du sein, car il ne saura plus faire couler le lait assez rapidement.

Un seul biberon peut suffire à déclencher une confusion sein/tétine.

 

 

Deux troubles de succion possibles

La confusion sein/tétine se manifestera, en général, par un refus de téter le sein, rapidement ou quelques jours après l'introduction d'une tétine. Elle peut conduire à un sevrage spontané avec un risque d'engorgements et de mastite (infection du sein) pour la mère, même s'il est possible de se sortir d'une grève de la tétée (voir le paragraphe suivant).

La préférence sein/tétine peut être, elle, plus sournoise et s'installer en douceur sur plusieurs semaines sans que la mère s'en aperçoive. Le bébé tètera moins efficacement, moins longtemps, se désintéressera progressivement du sein ou s'agitera lors des tétées, ce qui aboutira à un manque de lait et parfois même à une perte de poids du bébé.

 

 

Les solutions

Heureusement, il y a des solutions pour motiver le nourrisson à reprendre le sein correctement. La mère devra s'armer de patience et tout faire pour mettre en place un environnement détendant et rassurant pour son bébé. Le délais pour que le bébé accepte de reprendre le sein sera plus ou moins long, de quelques jours à une 15ène de jours, selon l'enfant. Cette période pourra être difficile et parsemée d'agitation, de pleurs, voire de refus de téter, mais il faut tenir bon.

Voici les aménagements qu'il est possible de mettre en place :

  • Supprimer toutes les tétines (sucette ET biberon) et proposer le sein à la place. On peut éventuellement proposer son doigt à sucer (ongle coupé court et orienté contre la langue pour ne pas blesser le palais du nourrisson).
  • Donner les compléments par un autre moyen que le biberon : tasse, pipette,  seringue sans aiguille, cuillère, SoftCup, DAL, etc.
  • Le portage, le peau à peau (= bébé nu contre le torse nu de sa mère), les câlins et les caresses...
  • Allaiter le bébé dans un bain relaxe mère et enfant.
  • Allaiter le bébé somnolant ou encore endormi. Il aura alors une succion réflexe qui devrait l'aider à prendre plus facilement le mamelon.
  • Se recentrer sur son bébé et demander de l'aide, au père par exemple, pour qu'il s'occuper du reste de la vie de famille.
  • Parler et réconforter avec des paroles douces. Même tout petit le nourrisson y est réceptif.
  • Allaiter dans un endroit calme, dans la pénombre.
  • Appâter le bébé en posant une goutte de lait maternel sur le bord de ses lèvres.
  • Provoquer le réflexe d'éjection avant la tétée en stimulant les seins manuellement ou à l'aide d'un tire-lait, afin que le bébé obtienne plus rapidement le lait.
  • Prendre des galactogènes (Dompéridone) si votre production de lait a beaucoup chuté. Le fait d'avoir plus de lait devrait encourager le bébé à téter plus efficacement. A noter toutefois, que le meilleur des galactogènes reste la succion du bébé et donc l'augmentation du nombre de tétée.

 

 

 

+ d'info