Vers l'âge d'un an, Rémi goûtait seulement à quelques aliments lorsque j'ai commencé à introduire les céréales, d'abord des pâtes au blé. Il a commencé à être constipé.

Ca s'est installé très progressivement et je m'en suis surtout rendu compte quelques semaines plus tard, le jour où j'ai introduisit une cuillère à café de polenta, une semoule de maïs.

Cependant je le tenais au dessus de la baignoire comme à l'habitude pour faire ses besoins, il faisait des gros efforts pour pousser, puis j'entendis un bong ! C'était le son d'une petite selle toute dure en forme de bille qui avait rebondi sur le fond de la baignoire. J'ai arrêté de lui donner du maïs, ce qui a été un peu mieux. Il buvait encore beaucoup de lait maternel, mangeait peu de solides et je lui donnais beaucoup de pruneaux, de légumes, des graines de psyllium trempées dans l'eau pour faciliter son transit. Malgré tout cela, ça n'a pas empêché la constipation de s'accentuer au fil des mois.

Jusque là, Rémi n'avait jamais eu de troubles du transit. Mais il a un terrain allergique très prononcé depuis sa naissance, de l'eczéma, des coliques et une oesophagite qui résistait aux médicaments. Il réagissait à beaucoup d'aliments différents et a longtemps bu uniquement mon lait. Il fallut plusieurs mois à ajuster les traitements pour qu'ils soignent enfin l'inflammation de l'oesophage et que j'élimine les aliments qui le faisait réagir, pour qu'il se mette à manger solide.

Le temps filait pendant que je cherchais l'aliment qui pouvait être la cause de cette constipation sévère. Durant 8 mois au total, Rémi n'a plus jamais fait un seul caca dans sa couche. Il était tellement constipé que je devais le tenir cul nu en position genoux bien relever 5 à 6 fois par jour et l'encourager comme un sportif pour qu'il finisse par émettre une selle dure et sèche. Bien souvent il n'y arrivait pas et c'était une fois assoupi qu'il se réveillait en sursaut et presque tremblant. A ce moment là, je le portais illico pour l'aider à faire sortir la selle. Heureusement, cette position physiologique lui a permis d'évacuer les selles sans provoquer de fissures anales.

Il devait avoir 20 mois lorsque j'ai compris que le début de la constipation correspondait à l'introduction du blé. Cela faisait quelques mois d'ailleurs qu'il ne se régalait plus avec les pâtes ni les biscuits, même en changeant de marque. Il commençait également à avoir le teint pâle, les yeux cernés et moins de tonus. J'ai donc supprimé le blé de son alimentation. Au bout de trois jours, une selle sortit toute seule dans sa couche alors qu'il jouait. Je me souviendrait toujours de son air très surpris, comme si c'était la première fois qu'il ressentait une telle sensation ! Les selles étaient devenues de consistance normale et au bout d'une semaine son transit commençait à se réguler. L'appétit était meilleur. Puis au fil des mois il a était moins maussade. Il a fallu encore le complémenter en fer à cause d'une anémie, en vitamines et autres oligoéléments pour qu'il recouvre doucement la forme au bout d'un an.

La prise de probiotiques a nettement augmenté sa tolérance alimentaire. Et c'est vraiment à partir de l'âge de 4 ans qu'il y a pu avoir un lâcher-prise sur son alimentation. On a pu commencer à être moins vigilant à traquer les traces d'allergènes dans les aliments qui ne provoquaient plus autant d'eczéma qu'auparavant. On a pu très progressivement proposer plus de variété. On a aussi réussi à introduire avec succès pas à pas certains aliments qui autre fois engendraient une réaction (reflux, coliques, eczéma ou rhinite allergique), comme les oranges, les tomates, le miel. Il reste sous éviction encore de nombreux aliments qui le font réagir (blé, lait, oeuf, soja, fruits à coque, céleri, moutarde), mais il n'a plus jamais eu de constipation.

fanette


Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

TOGD d'un bébé-RGO allaité

Suite aux soupçons de reflux (RGO) et d’allergie aux protéines de lait de vache (APLV), le pédiatre prescrit des examens allergo et une « radio » à Maël, 19 mois. Je cherche de plus amples informations sur internet et je decouvre…le TOGD ! Ils auraient quand même pu m’informer ! J’appréhende beaucoup l’examen, pas pour lui même, puisqu’il n’est pas intrusif, mais pour le jeûne imposé à Maël, qui tête très fréquemment le matin.

Lire la suite...

Parcours d'une mère dans le diagnostic du reflux

Nous avons eu deux garçons, tous deux ont souffert de reflux interne. Mais le parcours diagnostique a été différent pour chacun d'eux.

Lire la suite...

Eczéma et allergie aux fruits à coque

Chiara est née en août 2005. A la maternité, les puéricultrices lui ont donné des biberons à mon insu puis m’ont conseillé de lui en donner en attendant ma montée laiteuse. Je ne sais pas si cela à un lien; mais dès les premiers jours, elle nous a déclaré un eczéma.

Lire la suite...

Diversification pas à pas à cause d'intolérances alimentaires

Après avoir allaiter aux signes d’éveil, j’ai tenté de pratiquer la diversification aux signes d’envie. Et l’envie s’est faite ressentir vers 5 mois et demi alors que Lola tenait assise dans sa chaise haute. Elle manifestait un vif intérêt à table. Mais un contexte d’allergie alimentaire, plus précisément d’intolérances alimentaires, a compliqué la chose.

Lire la suite...