Vers l'âge d'un an, Rémi goûtait seulement à quelques aliments lorsque j'ai commencé à introduire les céréales, d'abord des pâtes au blé. Il a commencé à être constipé.

Ca s'est installé très progressivement et je m'en suis surtout rendu compte quelques semaines plus tard, le jour où j'ai introduisit une cuillère à café de polenta, une semoule de maïs.

Cependant je le tenais au dessus de la baignoire comme à l'habitude pour faire ses besoins, il faisait des gros efforts pour pousser, puis j'entendis un bong ! C'était le son d'une petite selle toute dure en forme de bille qui avait rebondi sur le fond de la baignoire. J'ai arrêté de lui donner du maïs, ce qui a été un peu mieux. Il buvait encore beaucoup de lait maternel, mangeait peu de solides et je lui donnais beaucoup de pruneaux, de légumes, des graines de psyllium trempées dans l'eau pour faciliter son transit. Malgré tout cela, ça n'a pas empêché la constipation de s'accentuer au fil des mois.

Jusque là, Rémi n'avait jamais eu de troubles du transit. Mais il a un terrain allergique très prononcé depuis sa naissance, de l'eczéma, des coliques et une oesophagite qui résistait aux médicaments. Il réagissait à beaucoup d'aliments différents et a longtemps bu uniquement mon lait. Il fallut plusieurs mois à ajuster les traitements pour qu'ils soignent enfin l'inflammation de l'oesophage et que j'élimine les aliments qui le faisait réagir, pour qu'il se mette à manger solide.

Le temps filait pendant que je cherchais l'aliment qui pouvait être la cause de cette constipation sévère. Durant 8 mois au total, Rémi n'a plus jamais fait un seul caca dans sa couche. Il était tellement constipé que je devais le tenir cul nu en position genoux bien relever 5 à 6 fois par jour et l'encourager comme un sportif pour qu'il finisse par émettre une selle dure et sèche. Bien souvent il n'y arrivait pas et c'était une fois assoupi qu'il se réveillait en sursaut et presque tremblant. A ce moment là, je le portais illico pour l'aider à faire sortir la selle. Heureusement, cette position physiologique lui a permis d'évacuer les selles sans provoquer de fissures anales.

Il devait avoir 20 mois lorsque j'ai compris que le début de la constipation correspondait à l'introduction du blé. Cela faisait quelques mois d'ailleurs qu'il ne se régalait plus avec les pâtes ni les biscuits, même en changeant de marque. Il commençait également à avoir le teint pâle, les yeux cernés et moins de tonus. J'ai donc supprimé le blé de son alimentation. Au bout de trois jours, une selle sortit toute seule dans sa couche alors qu'il jouait. Je me souviendrait toujours de son air très surpris, comme si c'était la première fois qu'il ressentait une telle sensation ! Les selles étaient devenues de consistance normale et au bout d'une semaine son transit commençait à se réguler. L'appétit était meilleur. Puis au fil des mois il a était moins maussade. Il a fallu encore le complémenter en fer à cause d'une anémie, en vitamines et autres oligoéléments pour qu'il recouvre doucement la forme au bout d'un an.

La prise de probiotiques a nettement augmenté sa tolérance alimentaire. Et c'est vraiment à partir de l'âge de 4 ans qu'il y a pu avoir un lâcher-prise sur son alimentation. On a pu commencer à être moins vigilant à traquer les traces d'allergènes dans les aliments qui ne provoquaient plus autant d'eczéma qu'auparavant. On a pu très progressivement proposer plus de variété. On a aussi réussi à introduire avec succès pas à pas certains aliments qui autre fois engendraient une réaction (reflux, coliques, eczéma ou rhinite allergique), comme les oranges, les tomates, le miel. Il reste sous éviction encore de nombreux aliments qui le font réagir (blé, lait, oeuf, soja, fruits à coque, céleri, moutarde), mais il n'a plus jamais eu de constipation.

fanette


Maladie Coeliaque et perte de poids

Cette mère a accouché en novembre 2004 d’un petit garçon en parfaite santé. Elle avait allaité son premier enfant pendant plus d’un an, et prévoyait d’en faire autant avec son second enfant. Ce dernier a été exclusivement allaité pendant environ 7 mois, et sa croissance a été excellente pendant toute cette période. A cet âge, l’enfant a commencé à consommer des solides. A 8 mois, il pesait 10 kg 400. A 14 mois, il pesait toujours 10 kg 400 et il n’avait pas grandi, en dépit des solides, et d’une douzaine de tétées quotidiennes.

Lire la suite...

Lactase pour un bébé allaité

J’ai allaité avec un réflexe d’éjection fort (REF), c’est à dire que mon lait sortait trop vite, trop fort, à la manière d’un Karcher. En conséquence, ma fille était très tonique et goulue lorsqu'elle tétait. Elle s’étranglait parfois, tétait peu et très souvent, visiblement pas assez pour être rassasiée. Elle avait des gènes digestives, des rots et gaz nombreux, des selles vertes et mousseuses souvent explosives qui s'annonçaient par des coliques, ainsi qu'un reflux gastro-oesophagien. Tout ceci la maintenait éveillée et geignarde durant des heures et rendait l’allaitement épuisant pour moi.

Lire la suite...

Signes d'oesophagite chez un bébé qui pleure peu

Lola a déclaré un reflux très tôt après sa naissance, je l’ai vu tout de suite à son comportement.
Elle avait des spasmes, de petits soubresauts qui partaient du bas de la colonne vertébrale jusqu’en haut. Elle se tortillait et gémissait, plus qu'elle ne pleurait. Il n’y avait pas, ou seulement quelques rares régurgitations de lait caillé. Il s’agissait d’un reflux interne, c'est à dire qu'elle ravalait immédiatement les remontées acides et j'entendais régulièrement gloup gloup dans sa gorge, suivi de grimaces.

Lire la suite...

Réveils nocturnes, tétées et bébé en écharpe

Je n'ai jamais pu endormir mes enfants au sein, puisqu'il y avait toujours une ribambelle de rots à sortir. Je les ai très longtemps endormis à bras ou en porte bébé.

Lire la suite...

Tenir le coup face au reflux de bébé

Il faut garder en tête qu'on ne sort pas si facilement du phénomène de reflux de son bébé, qu'une rechute est toujours possible et parfois encore plus dure qu'avant. Ca évite les trop grosses déceptions.

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...