A l'âge d'1 mois, mon fils hurlait tous les jours, se tordait et se vidait toutes les demi-heures avec érythèmes fessiers à répétitions, selles acides, boutons sur tout le corps. Au fil des semaines qui ont suivi, c'est devenu des plaques d'eczéma sur la moitié de son corps avec pleurs les nuits, certainement à cause du grattage (comme son 2ème frère, qui a aujourd'hui 12 ans, et qui se vide s'il boit du lait de vache).

 

Ensuite, à 8 mois, c'était double otite toutes les semaines avec nez qui coule et perte de poids (son poids stagnait depuis l'âge de 3 mois) jusqu'à l'âge de 8 mois. Ensuite, avec la diversification, il s'est mis à maigrir ! Nous avons eu très peur : le médecin souhaitait l'hospitalisation pour pouvoir faire des examens approfondis.

Et puis La Leche League m'a mise sur la piste de l'allergie aux protéines de lait de vache (PLV). Nous avons donc décidé, d'un commun accord avec mon mari de ne pas faire hospitaliser notre bébé. J'ai donc rapidement supprimé totalement tout ce qui contient des protéines de lait de vache de mon alimentation.
En 1 semaine, les rhumes, les otites se sont calmés. En 2 semaines, il a repris des couleurs et a stoppé ses pleurs. En 3 semaines, les plaques rouges étaient cicatrisées. Et en 4 semaines, il commençait à reprendre du poids !

J'ai rapidement fait le lien entre les pleurs et les coliques dès ses 3 jours de vie et son allergie aux PLV.

A 2 ans, il a fait une grave oesophagite lorsque je reconsommais des laitages (il tétait encore). Les protéines de lait de vache devaient très certainement passer dans mon lait. Je devais recommencer mon éviction. C'était vraiment incroyable de voir à quel point il était réactif à de si petites traces de PLV !

Du coup, lors de ma dernière grossesse, j'ai fait une éviction partielle avec pour objectif une suppression totale des laitages en fin de grossesse pour éviter à mon bébé de venir au monde avec des PLV dans le sang et pouvoir ainsi lui épargner les douleurs, ainsi que les coliques, comme ce que mon troisième enfant a subi. Malheureusement mon bébé n'a pu venir au monde à terme et s'en est allé. Mais, ce que je sais, c'est que je recommencerais une éviction des PLV pour une prochaine grossesse... je verrais bien si mon bébé aura des douleurs dès sa naissance comme ce qu'ont vécu les grands frères.

Mon fils a été diagnostiqué allergique grâce à un test sanguin, il y a 3 ans. Ca a été un réel soulagement pour nous, car nous pouvions enfin mettre un nom sur ses maux.

L'histoire de mon petit bonhomme de 4 ans aujourd'hui, allergique, m'aura permis enfin de comprendre ce que mon deuxième fils a eu, il y a 12 ans, de pouvoir le soulager en lui faisant faire une éviction des protéines de lait de vache, qui dure depuis bientôt 4 ans.

Colette, maman de Charlie-Gene 15 ans, Enzo 12 ans, et Gabin 4 ans, et d'un petit ange parti.

 


Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Douce rémission de la douleur aux seins

J'ai la poitrine nue et Lola contre moi. Elle a la grippe. Elle est fiévreuse et frissonne. Elle tète. Elle tète à vide, à plein, elle tète et elle tète. Je regarde avec curiosité mon mamelon qui dépasse à peine de sa bouche et qu'elle malaxe, tire et suce dans tous les sens... Je ne sens rien !

Lire la suite...

Témoignages

 

Témoignages


 

Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Humeur en dents de scie d'un bébé à reflux

Je ne sais par quel mécanisme, mais souvent les bébés souffrant d'un reflux vont "oublier" leur douleur lorsqu'on leur change les idées ou alors elle se calme sous l'effet de la détente occasionnée ?

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...