A l'âge d'1 mois, mon fils hurlait tous les jours, se tordait et se vidait toutes les demi-heures avec érythèmes fessiers à répétitions, selles acides, boutons sur tout le corps. Au fil des semaines qui ont suivi, c'est devenu des plaques d'eczéma sur la moitié de son corps avec pleurs les nuits, certainement à cause du grattage (comme son 2ème frère, qui a aujourd'hui 12 ans, et qui se vide s'il boit du lait de vache).

 

Ensuite, à 8 mois, c'était double otite toutes les semaines avec nez qui coule et perte de poids (son poids stagnait depuis l'âge de 3 mois) jusqu'à l'âge de 8 mois. Ensuite, avec la diversification, il s'est mis à maigrir ! Nous avons eu très peur : le médecin souhaitait l'hospitalisation pour pouvoir faire des examens approfondis.

Et puis La Leche League m'a mise sur la piste de l'allergie aux protéines de lait de vache (PLV). Nous avons donc décidé, d'un commun accord avec mon mari de ne pas faire hospitaliser notre bébé. J'ai donc rapidement supprimé totalement tout ce qui contient des protéines de lait de vache de mon alimentation.
En 1 semaine, les rhumes, les otites se sont calmés. En 2 semaines, il a repris des couleurs et a stoppé ses pleurs. En 3 semaines, les plaques rouges étaient cicatrisées. Et en 4 semaines, il commençait à reprendre du poids !

J'ai rapidement fait le lien entre les pleurs et les coliques dès ses 3 jours de vie et son allergie aux PLV.

A 2 ans, il a fait une grave oesophagite lorsque je reconsommais des laitages (il tétait encore). Les protéines de lait de vache devaient très certainement passer dans mon lait. Je devais recommencer mon éviction. C'était vraiment incroyable de voir à quel point il était réactif à de si petites traces de PLV !

Du coup, lors de ma dernière grossesse, j'ai fait une éviction partielle avec pour objectif une suppression totale des laitages en fin de grossesse pour éviter à mon bébé de venir au monde avec des PLV dans le sang et pouvoir ainsi lui épargner les douleurs, ainsi que les coliques, comme ce que mon troisième enfant a subi. Malheureusement mon bébé n'a pu venir au monde à terme et s'en est allé. Mais, ce que je sais, c'est que je recommencerais une éviction des PLV pour une prochaine grossesse... je verrais bien si mon bébé aura des douleurs dès sa naissance comme ce qu'ont vécu les grands frères.

Mon fils a été diagnostiqué allergique grâce à un test sanguin, il y a 3 ans. Ca a été un réel soulagement pour nous, car nous pouvions enfin mettre un nom sur ses maux.

L'histoire de mon petit bonhomme de 4 ans aujourd'hui, allergique, m'aura permis enfin de comprendre ce que mon deuxième fils a eu, il y a 12 ans, de pouvoir le soulager en lui faisant faire une éviction des protéines de lait de vache, qui dure depuis bientôt 4 ans.

Colette, maman de Charlie-Gene 15 ans, Enzo 12 ans, et Gabin 4 ans, et d'un petit ange parti.

 


Allergique à l'arachide, à vie !

Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lire la suite...

Troubles digestifs chroniques à cause du blé

On m'a toujours décrite comme une enfant "difficile" pour manger et, cela, déjà tout bébé. Mais, chaque fois que je mangeais, j'étais ballonnée et j'avais de fortes douleurs au ventre.

Lire la suite...

Une panoplie de traitements contre un reflux résistant

J’ai essayé tous les traitements "doux" repoussant en dernière intension les médicaments allopathiques. Je n’ai de toute façon pas réussi à lui faire avaler les gels et pansements gastriques prescrits. J’ai rapidement compris que Lola ne tolérait pas grand-chose d’autre que mon lait, ou éventuellement de l’eau. Homéopathie, phytothérapie, lactase, portage, massages, maternage intense ont été notre seule réponse possible durant 1 an.

Lire la suite...

Nourrisson allergique au soja

J'ai allaité avec un réflexe d'éjection fort du lait et Lola a eu très rapidement un reflux gastro-oesophagien interne, c'est-à-dire sans aucune régurgitation. Jusque là, elle avait juste du mal à faire sortir les rots et je la faisais dormir inclinée contre les remontées acides. Mais, à partir de 4 mois environ, son reflux pris une autre allure. Elle avait mal quand elle rotait et vomissait du lait caillé après chaque tétée.

Lire la suite...

Lactase pour un bébé allaité

J’ai allaité avec un réflexe d’éjection fort (REF), c’est à dire que mon lait sortait trop vite, trop fort, à la manière d’un Karcher. En conséquence, ma fille était très tonique et goulue lorsqu'elle tétait. Elle s’étranglait parfois, tétait peu et très souvent, visiblement pas assez pour être rassasiée. Elle avait des gènes digestives, des rots et gaz nombreux, des selles vertes et mousseuses souvent explosives qui s'annonçaient par des coliques, ainsi qu'un reflux gastro-oesophagien. Tout ceci la maintenait éveillée et geignarde durant des heures et rendait l’allaitement épuisant pour moi.

Lire la suite...

Parcours d'une mère dans le diagnostic du reflux

Nous avons eu deux garçons, tous deux ont souffert de reflux interne. Mais le parcours diagnostique a été différent pour chacun d'eux.

Lire la suite...