J’ai mis Nathan au monde en octobre 2008. Je l’ai allaité dès sa naissance et très vite, j’ai ressenti de vives douleurs aux deux seins après chaque tétée. Pour être imagée, c’est comme si on m’arrachait la peau des seins et qu’on me donnait des coups d’aiguilles à travers la poitrine. J’ai ressenti vraiment quelque chose de désagréable, qui demeurait longtemps après la tétée. Les mamelons étaient aussi blancs en partie. J’ai remarqué que ces douleurs s’accentuaient avec le froid de l’hiver arrivant.

 

Les tétées se passaient normalement pour Nathan qui grossissait correctement. Il est mon premier enfant et je n’avais jamais entendu parler de ces douleurs.

Ma gynécologue ne connaissait pas ce souci. J’ai donc appelé Catherine, animatrice de La Leche League de la Vallée de l’Eure, qui illico, a mis un mot sur ces douleurs récurrentes : le vasospasme. Et tout aussi rapidement, m’a conseillée de prendre chaque jour, 1 gramme de magnésium et 2 grammes de calcium. J’ai choisi de prendre du magnésium marin en parapharmacie car il est meilleur et mieux assimilé que celui vendu en pharmacie. Le souci : il n’est pas remboursé. Quant au calcium, j’ai consommé celui prescrit ma gynéco : l’Ossopan® . Depuis, j’ai appris qu’il existait du calcium naturel, prescrit par les médecins homéopathes. Peut-être est-il meilleur ?

Le vasospasme a disparu en quelques jours. Comme nous étions en plein hiver et que je n’avais vraiment aucune envie de connaître à nouveau ces douleurs, j’ai continué jusqu’au retour des beaux jours. Je pense que mon traitement a duré environ 8 mois. Je n’ai pas eu de soucis digestifs avec la prise de ces compléments, juste des selles plus foncées. Il n’y a pas eu d’incidence non plus sur l’allaitement puisque Nathan, aujourd’hui 19 mois, tète toujours. Et heureusement, les douleurs ne sont pas revenues avec l’hiver (le lien avec le froid extérieur n’est donc pas évident). Tout comme le vasospasme, quand on l’a connu pour l’allaitement de l’un de nos enfants, n’est pas systématique pour les autres. Des mamans de plusieurs enfants m’avaient dit, lors de réunions de la LLL, avoir souffert du vasospasme pour un seul de leur enfant.

Reste aussi, comme le dit aussi le feuillet de la LLL sur le site Internet, à bien se couvrir, à éviter les courants d’air et pourquoi pas, à utiliser une petite bouillotte (j'utilisais une petite bouillotte avec des noyaux de cerise que je mettais sur ma poitrine par dessus mon tee-shirt ou ma chemise).

Claude, maman de Nathan, 19 mois, Eure

 


Allergique à l'arachide, à vie !

Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lire la suite...

Réaction aux noix, cajou et coco

Lola a quasiment toujours eu la peau très sèche sur le corps, les joues rouges à la texture d'une peau de crocodile (heureusement jamais à sang, ni suintante), de petites zone eczémateuses jaunes comme des croutes de lait dans les sourcils et derrière les oreilles, le tout accompagné de fréquentes rhino-pharyngites purulentes, en particulier en période de poussée dentaire, soit tous les un à deux mois. Elle avait également un reflux sévère (oesophagite diagnostiquée à l'âge d'un an) et des troubles digestifs (rots, gaz, selles vertes durant l'allaitement exclusif et constipation dès le début de la diversification alimentaire avec des légumes pourtant laxatifs !). J'ai toujours su qu'elle réagissait à un ou des aliments, mais lesquels ?

Lire la suite...

Lactase pour un bébé allaité

J’ai allaité avec un réflexe d’éjection fort (REF), c’est à dire que mon lait sortait trop vite, trop fort, à la manière d’un Karcher. En conséquence, ma fille était très tonique et goulue lorsqu'elle tétait. Elle s’étranglait parfois, tétait peu et très souvent, visiblement pas assez pour être rassasiée. Elle avait des gènes digestives, des rots et gaz nombreux, des selles vertes et mousseuses souvent explosives qui s'annonçaient par des coliques, ainsi qu'un reflux gastro-oesophagien. Tout ceci la maintenait éveillée et geignarde durant des heures et rendait l’allaitement épuisant pour moi.

Lire la suite...

Constipation et intolérance aux protéines du lait de vache

A 1 mois, le bébé pesait 3720 g. Ses selles ont été rares à partir de cet âge : environ une tous les dix jours, mais émises sans aucune difficulté et d’aspect parfaitement normal. La prise de poids était bonne (800 g par mois en moyenne pendant les 4 premiers mois). Elise souffrait par contre de nombreuses rhinites et rhino-pharyngites.

Lire la suite...

Cododo improvisé à cause du reflux

Nous avons mis en place le cododo un peu subitement, suite à une poussée de croissance et donc à une demande plus accrue des tétées, qui ne s’est jamais vraiment terminée.

Lire la suite...

Allergie chronique, quelles répercussions à l'âge adulte ?

Lola a un reflux depuis sa naissance, une peau sèche et eczémateuse, une constipation depuis la diversification et de nombreuses intolérances alimentaires. Lola n’aime pas le lait de vache. Le peu qu’elle en ait mangé, a engendré des régurgitations douloureuses. Elle est allergique au soja (vomissements). Et puis elle a refusé tous les "laits" végétaux, sauf le "lait" de riz. Mais celui-ci la constipe! Alors, qu’aurais-je fait si je n’avais pas allaité? Le cas échéant, que ce serait-il passé? Je ne peux m’empêcher de penser à ma situation.

Lire la suite...