Très rapidement après sa naissance, Pauline n'arrivait plus à s'endormir au sein : dès la 3ème semaine, je crois. Il lui arrivait très souvent de se rejeter en arrière en début de tétée, de hurler comme si elle refusait le sein. Elle s'est mise à avoir des selles vertes et mousseuses.

Je ne pouvais plus la poser dans son petit lit, même 5 minutes. Elle avait besoin d'un contact permanent et seul le portage contre moi en position verticale semblait l'apaiser. Elle avait besoin de faire des dizaines de rots par tétée. J'ai vu mon lait gicler parfois à plus de 1 mètre, lorsque Pauline lâchait le sein en début de tétée. J'osais de moins en moins allaiter lorsque nous recevions des amis, je m'isolais dans notre chambre. J'appréhendais les sorties. C'était vraiment une période très difficile.

J'ai alors compris, grâce aux informations trouvées sur le site de La Leche League, que j'avais un terrible réflexe d'éjection fort (REF) induit par de très mauvais conseils d'une pédiatre : donner les deux seins par tétées, changer de sein au bout de 20 minutes... cela ne me convenait absolument pas. J'avais une capacité de stockage très importante, ma fille pouvait téter efficacement facilement 40 minutes sur un sein lors de certaines tétées. Donc, en suivant les conseils de la pédiatre, j'ai empêché Pauline de boire le lait gras de fin de tétées, puisque je changeais de sein trop tôt. Il lui fallait boire des quantités énormes de lait pour enfin accéder au lait gras, d'où des coliques terribles. En donnant les deux seins par tétée à chaque fois, j'ai terriblement boosté une lactation déjà bien assez abondante. J'ai par la suite mis des mois à me débarrasser du réflexe d'éjection fort.

Avec le recul, je suis aussi convaincue que mon REF a été aggravé par le fait que Pauline a dormi seule dans son lit jusqu'à ses 5 mois à peu près. Près de moi, elle aurait tété plus souvent lors de micro réveils, alors que seule dans son lit, elle n'appelait pas. Si Pauline avait dormi près de moi, elle aurait probablement tété plus souvent et ainsi mes seins auraient été moins plein le matin. Plus les seins sont plein, plus le réflexe d'éjection fort est important. De plus, comme de nombreuses mamans qui ont un réflexe d'éjection fort, je pense que j'ai eu tendance à une période à repousser les tétées, car donner le sein avec un REF n'est plus une partie de plaisir, et on en arrive à redouter le moment de la tétée... alors qu'en fait, pour faire diminuer le REF, allaiter aux signaux d'éveil est d'un grand secours. Les tétées fréquentes, si besoin en proposant plusieurs fois de suite le même sein (cette astuce présente l'avantage de faire diminuer la production de lait, bien utile en cas d'hyperlactation associée à un REF), aident aussi énormément.

Ce réflexe d'éjection fort, dont j'ai mis des mois à me débarrasser a eu pour conséquence l'apparition d'un reflux gastro-oesophagien (RGO) chez Pauline. La pédiatre, qui a diagnostiqué le reflux (essentiellement interne, pas de vomissement en jet, mais des rots extrêmement fréquents pendant et après la tétée, parfois jusqu'à 1h, voire 2h après une tétée, accompagnés de lait caillé, une gorge rouge irritée par les remontées acides, l'impossibilité de dormir allongée) a prescrit plusieurs médicaments : Topaal®, Péridys® que je n'ai jamais pu faire avaler à Pauline. Elle a eu aussi une prescription d'omépraole vers 9 mois, que j'ai réussi à lui donner quelques temps. Amélioration très rapide, au bout de quelques jours, beaucoup moins de réveils nocturnes en pleurant. Mais, très vite, c'est devenu une corvée de lui donner de l'oméprazole. Et étant donné la composition de ce médicament, j'ai préféré poursuivre le portage en journée et les nuits en position semi allongée pour moi (avec de gros coussin dans le dos), ma fille dormant semi assise sur moi et prenant le sein dès qu'elle en avait besoin pour soulager une remontée acide ou un rot (nous avions trouvé cette solution pour les nuits vers ses 5 mois, lorsqu'elle a commencé à se réveiller à nouveau la nuit).

Mon REF a été aggravée aussi par ma consommation de lait de vache : je raffole du fromage et j'étais une grosse consommatrice de protéines de lait de vache (PLV)... Malgré toutes les mesures pour limiter le réflexe d'éjection fort (donner le même sein plusieurs fois de suite, position d'allaitement limitant l'effet de gravité, allaitement aux signaux d'éveil, sommeil partagé), la vraie amélioration, je l'ai observée lorsque je me suis enfin décidée à limiter ma consommation de lait de vache vers les 12 mois de Pauline. Je n'ai pas eu besoin de faire une éviction stricte. Je ne consommais quasiment plus de PLV visibles et donc de PLV tout court puisque je mange très peu de plats tout près. J'étais donc tout de même proche de l'éviction stricte. Lors des écarts (raclette chez des amis ou dans la famille, quiche à la crème, gâteau au beurre), il y avait un retour du REF incroyable et des réveils nocturnes plus fréquents pour Pauline !

Sinon, juste pour donner un peu d'espoir aux mamans dans des situations similaires, Pauline a commencé à mieux gérer le réflexe d'éjection fort, pourtant toujours bien présent, dès ses 4 ou 5 mois. A partir de 10-11 mois, elle se retirait du sein et riait en regardant le lait giclé. Et donc, quand j'ai drastiquement limité ma consommation de produits laitiers, REF et reflux ont énormément diminué. Je n'ai qu'un regret : ne pas avoir eu la force de limiter ma consommation de protéines de lait de vache plus tôt.

Céline, maman de Pauline (20/03/2006)

 


Constipation et intolérance aux protéines du lait de vache

A 1 mois, le bébé pesait 3720 g. Ses selles ont été rares à partir de cet âge : environ une tous les dix jours, mais émises sans aucune difficulté et d’aspect parfaitement normal. La prise de poids était bonne (800 g par mois en moyenne pendant les 4 premiers mois). Elise souffrait par contre de nombreuses rhinites et rhino-pharyngites.

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...

Diversification pas à pas à cause d'intolérances alimentaires

Après avoir allaiter aux signes d’éveil, j’ai tenté de pratiquer la diversification aux signes d’envie. Et l’envie s’est faite ressentir vers 5 mois et demi alors que Lola tenait assise dans sa chaise haute. Elle manifestait un vif intérêt à table. Mais un contexte d’allergie alimentaire, plus précisément d’intolérances alimentaires, a compliqué la chose.

Lire la suite...

Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Allergique à l'arachide, à vie !

Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lire la suite...

Tenir le coup face au reflux de bébé

Il faut garder en tête qu'on ne sort pas si facilement du phénomène de reflux de son bébé, qu'une rechute est toujours possible et parfois encore plus dure qu'avant. Ca évite les trop grosses déceptions.

Lire la suite...