Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lorsque le docteur est arrivé, j'avais vomi et tout avait disparu. Verdict : allergie à la cacahuète. Traitement : ne plus en manger ! J'ai donc pratiqué un régime d'éviction de l’arachide durant environ 20 ans, avec quelques erreurs aussitôt accompagnées de vomissements (mais heureusement plus d’oedème). Cela m'a parfois mise dans des situations difficiles, en particulier les voyages en bus où j'avais le malheur de goûter les barres de céréales de mes amies contenant des cacahuètes non mentionnées sur l'emballage.

Vers mes 24 ans après une réaction allergique à un aliment inconnu (pois chiche probablement), j'ai fini par prendre rendez-vous avec un allergologue. J'ai eu droit à des prick-tests et des dosages sanguins d'IgE spécifiques. Verdict : allergie sévère à l'arachide. Traitement : éviction stricte (c’est-à-dire y compris les mentions "peut contenir des traces d'arachide") sans doute à vie et une trousse d'urgence à avoir en permanence avec soi. Ca a été le coup de massue, j'avais l'impression de ne plus avoir le droit de manger quoique ce soit ! Sans compter que l'insistance de l'allergologue à ce que j'ai un stylo injecteur d'adrénaline avec moi en permanence, n'avait rien de rassurant...

Bizarrement ce n'est pas l'alimentation qui m'a posé le plus de problème sur le long terme, mais bien la gestion de la trousse d'urgence : ne pas l'oublier (chez soi, dans la voiture, chez les amis...), penser à demander un renouvellement quand la date de péremption approche et surtout conserver l'adrénaline à une température inférieure à 20-25°C ! Sur ce dernier point, la solution qui a finalement été adoptée, a été les pochettes de conservation vendu pour l'insuline. Pour les deux précédents points, je n'ai malheureusement toujours pas de solution. Et c'est assez régulièrement que je commets encore des oublis.

Pour le régime d'éviction, au final, ça c'est mis en place assez facilement. J'excluais déjà les cacahuètes et tout ce qui en contenait, il a donc fallu que je traque les mentions "Graisses végétales" sans précision et les fameux "Peut contenir des traces ..." et m’assurer, lorsque j’étais en déplacement, que la cuisine qu’on me servait n’avait pas été frit dans de l’huile d’arachide ! Après une période d'abattement de quelques semaines, j'ai fini par trouver un certain nombre de produits de  substitution (en particulier le chocolat), qui n'étaient pas étiquetés "Pouvant contenir des traces de ...". Je suis aussi passée aux pâtisseries et gâteau "Pur beurre”, et donc sans graisse végétale.

Vers mes 29 ans lors d'une consultation de routine, l'allergologue a refait des dosages sanguins sur des anticorps particuliers (IgE anti-Ara h4) réagissant à l'arachide, afin de voir si mon allergie est classifiée dans celle qui est à risque de faire des chocs anaphylactiques. Verdict : oui. Traitement : ben, toujours pareil avec encore moins de chance d'y voir une quelconque amélioration ! La même année lors d'un bilan sanguin complet pour les intolérances alimentaires (dosage des IgG spécifiques) auprès d'un autre médecin, j'ai découvert avec effroi que l'arachide était le principal aliment qui me faisait réagir suivant un mécanisme d'intolérance (c’est-à-dire, non pas avec un mécanisme IgE-médiée comme je le savais jusqu'à présent). Ce dosage aurait dû être nul, puisque j'excluais depuis 5 ans de manière stricte l'arachide. Mes anticorps auraient donc dû disparaître...

Je n'aurais jamais cru que je réagissais à l'arachide de plusieurs manières différentes. Verdict : je suis très réactive à l'arachide et cela de plusieurs manières. Traitement : me faire une raison et l'exclure à vie! De toute manière vous voulez que je vous dise : je n’aime pas la cacahuète, ça me donne envie de vomir !

Anne, alias Lutin malin

 


Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Humeur en dents de scie d'un bébé à reflux

Je ne sais par quel mécanisme, mais souvent les bébés souffrant d'un reflux vont "oublier" leur douleur lorsqu'on leur change les idées ou alors elle se calme sous l'effet de la détente occasionnée ?

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Cododo improvisé à cause du reflux

Nous avons mis en place le cododo un peu subitement, suite à une poussée de croissance et donc à une demande plus accrue des tétées, qui ne s’est jamais vraiment terminée.

Lire la suite...

Signes d'oesophagite chez un bébé qui pleure peu

Lola a déclaré un reflux très tôt après sa naissance, je l’ai vu tout de suite à son comportement.
Elle avait des spasmes, de petits soubresauts qui partaient du bas de la colonne vertébrale jusqu’en haut. Elle se tortillait et gémissait, plus qu'elle ne pleurait. Il n’y avait pas, ou seulement quelques rares régurgitations de lait caillé. Il s’agissait d’un reflux interne, c'est à dire qu'elle ravalait immédiatement les remontées acides et j'entendais régulièrement gloup gloup dans sa gorge, suivi de grimaces.

Lire la suite...

Sans couche pour calmer un érythème, des coliques et un reflux

Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

Lire la suite...