Leonard est ce qu'il convient d'appeler un bébé RGO. Reflux Gastro Oesophagien. Un sigle barbare pour des symptômes qui le sont tout autant. A la maternité, Leonard dormait dans son berceau. Sur le côté, et sa petite tête en extension. Mais il dormait. Et puis très vite, Leonard n'a plus dormi dans son berceau (pourtant imaginé avec amour par maman et confectionné avec soin par tatie). Très vite, nous avons compris que Leonard ne pouvait dormir qu'en position verticale, allongé il ne dépassait pas les 20 minutes de repos.

Commencèrent alors les jours et les nuits PB. PB comme problème, PB comme Porte Bébé. Car c'est ainsi que Leonard a dormi les deux premiers mois de sa vie, dans le porte bébé ventral, accroché à tour de rôle à papa et maman, et nous assis dans le canapé ! Comme à l'armée, des tours de garde. Tu fais quelle tranche chéri, minuit-4h ?

Entre temps, ostéopathe (qui ne peut rien pour ce RGO - mais m'informe qu'à part ça, tout va très bien-c'est déjà ça), traitement médical pour soigner l'oesophagite (la pharmacie de Leonard est alors plus remplie que la notre), un allaitement à la demande contrarié, puisque la pédiatre m'impose d'espacer les tétées d'au moins 3 heures pour limiter le nombre de digestion...Et des kilomètres de marche par jour pour assurer les siestes. Un point TRES positif au terme de cette période : les 20 kgs pris pendant la grossesse ont fondu comme neige au soleil !!!

Avec le traitement, Leonard va mieux, mais le sommeil reste compliqué. A force de recherches sur le net, nous lisons qu'il existe des moyens pour faire dormir bébé en vertical : le proclive. Késako ?

1er essai : un demi-matelas réhaussé, des serviettes roulées sur les côtés pour que Leonard ne tombe pas, une culotte à scratch pour qu'il ne glisse pas au fond du berceau. Résultat concluant, mais système D. peu pérène. Il va falloir investir dans le long terme, passer Leonard dans son lit, lui assurer un couchage à plat (ici il dort quasiment assis) pour ménager sa colonne vertébrale.

Entre temps, arrêt de l'allaitement (je reprends le travail dans 3 semaines) et passage au lait épaissi.

Encore internet, et cette fois-ci nous trouvons LA solution : le drap liolit ! Un drap housse pour lit de bébé standard, sur lequel est cousue une culotte de maintien. Ce système nous permet d'incliner à 45° tout le lit et Leonard peut enfin dormir à plat-dos... Et le miracle se produit, Leonard fait ses nuits, à 2 mois 1/2. Le RGO est toujours là, l'oesophagite, elle, est guérie (je me souviens d'être passée pour une folle quand j'ai réclamé l'anti-acide à l'hopital des enfants...et d'un courrier adressé à ma pédiatre indiquant que celui-ci avait été prescrit "devant l'inquiétude parentale" !!!).

Jusqu'au 13 septembre, ce fut donc ainsi : Oui mais voilà, tout a une fin. Leonard a désormais 11 mois, il ne pense qu'à se lever, marcher. A peine est-il posé dans son lit, maintenu par le harnais, qu'il s'assoit, tire sur le drap, embarque avec une force herculienne le matelas derrière lui...

Alors ce 14 septembre, nous avons démonté le système qui nous a tant rendu service. Remis son lit à l'horizontale, pieds au sol. Et cette perspective me réjouit autant qu'elle m'angoisse...et si le RGO repartait de plus belle ? Et si les nuits redevenaient cauchemardesques ? A l'heure où je termine ce post (interminable !!), nous sommes déjà le 15. Leonard dort encore (il est 8h39). Il n'a pas bronché de la nuit. Hormis au couché, où il a fallu lutter pour qu'il accepte de rester allongé (c'est tellement plus amusant de se mettre debout maintenant que je suis libre de mes mouvements, maman !), je peux dire que tout s'est bien passé. OUF.

Et bien voilà, après trois jours de test, force est de constater que la position à plat n'est pas encore de mise ! Des endormissements à nouveau difficiles, des pleurs longs et douloureux à chaque sieste, une grande fatigue qui s'accumule, la toux qui repart...autant de signes qui ne trompent pas. C'est avec la conviction que Leonard se porterait bien mieux en dormant "encore" incliné que nous avons remis les pieds du lit sur des chaises, réinstallé le drap spécial sur son matelas. C'est aussi avec un peu de peine que nous le voyons ne pas apprécier d'être à nouveau privé de sa liberté de mouvements (il se met assis mais ne peut pas se lever comme il a pu le faire pendant ces trois derniers jours).

C'est enfin avec soulagement que nous constatons déjà une amélioration : pas de pleurs aujourd'hui pour sa sieste et hier soir à peine 5 mn pour trouver le sommeil (et le garder).

 

Steph

Extrait du blog fantaisies et péripéties

 


Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Vasospasme soigné au calcium et magnésium

J’ai mis Nathan au monde en octobre 2008. Je l’ai allaité dès sa naissance et très vite, j’ai ressenti de vives douleurs aux deux seins après chaque tétée. Pour être imagée, c’est comme si on m’arrachait la peau des seins et qu’on me donnait des coups d’aiguilles à travers la poitrine. J’ai ressenti vraiment quelque chose de désagréable, qui demeurait longtemps après la tétée. Les mamelons étaient aussi blancs en partie. J’ai remarqué que ces douleurs s’accentuaient avec le froid de l’hiver arrivant.

Lire la suite...

Une panoplie de traitements contre un reflux résistant

J’ai essayé tous les traitements "doux" repoussant en dernière intension les médicaments allopathiques. Je n’ai de toute façon pas réussi à lui faire avaler les gels et pansements gastriques prescrits. J’ai rapidement compris que Lola ne tolérait pas grand-chose d’autre que mon lait, ou éventuellement de l’eau. Homéopathie, phytothérapie, lactase, portage, massages, maternage intense ont été notre seule réponse possible durant 1 an.

Lire la suite...

Fibroscopie sans anesthésie d'un bébé

Cela faisait un an que je clamais que mon bébé avait un reflux depuis sa naissance. Aucun des 5 médecins différents que j'ai pu voir ne m'écoutait ou ne me croyait. C'est en consultant un énième pédiatre, qu'il vit à la simple consultation que ma fille âgée de 12 mois avait non seulement un reflux mais aussi une oesophagite. Pour confirmer ce diagnostic, ma fille du passer une fibroscopie. L’examen s’est très bien déroulé, sans anesthésie, mais sous "calmant" administré par un suppositoire.

Lire la suite...

Mères d'enfants différents

Vous les rencontrez un peu partout.

Au marché, dans le métro, chez le médecin…

Parfois, vous assistez aux crises de leurs enfants au parc ou au supermarché.

Vous les trouvez très patientes ou trop peu.

Quand vous les regardez de près, vous trouvez peut-être qu’elles sont particulièrement cernées, essoufflées.

Lire la suite...

Témoignages

 

Témoignages