Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

J'ai essayé pour la première fois, un matin au réveil. Et mon petit bonhomme s'est soulagé, pendant que je l'encourageais en faisant "psss, psss".

Dès le lendemain, j'ai multiplié les occasions, souvent à son réveil. Rémi, alors âgé de 3 semaines, commençait à espacer les selles et à déféquer avant la tétée, ce qui était pratique pour mettre en place cette méthode. Puis, j'ai même réussi à repérer son envie de se soulager à sa façon d'agiter les jambes et de se tortiller en râlant. C'est ainsi que Rémi est devenu "propre", pour reprendre l'expression. Et lorsque je déballais les fesses de mon petit père et que je l'installais au dessus de notre baignoire, il me regardait en affichant un large sourire puis, par la suite, un "areuh" !

Rémi avait aussi un reflux d'origine allergique et de fortes coliques à cette période. Il pleurait beaucoup. J'ai vite compris que la position avec les cuisses relevées que permet l'hygiène naturelle a progressivement diminué le nombre de crises. En effet, il n'avait plus du tout à pousser et il évacuait avec facilité sans avoir à se tortiller plusieurs minutes avant l'arrivée des selles. Bien que les cacas de bébé allaité soient liquides, les efforts qu'avait à fournir Rémi jusqu'alors, contractaient son diaphragme et le faisaient cracher. Les régurgitations ont également diminué. En fait cette position lui permettait d'évacuer urine, selles, gaz et rots sans plus aucune gène.

Un jour en regardant Rémi fin heureux, les jambes écartées au dessus de la baignoire, je me suis dit que j'allais faire une pierre deux coups en modifiant ma façon de le porter en écharpe. Je l'installais habituellement en position foetale, que je trouve plus physiologique pour un nouveau-né. Maintenant, en nouant l'écharpe en simple croisé, il se retrouvait avec les genoux bien relevés comme lorsqu'il défèque et le corps vertical pour faciliter la digestion et l'émission de rots. Et, lui, se sentait moins "comprimé" qu'en kangourou. Dès le premier essai, il a fait, tout seul et sans difficulté aucune, son premier caca qui remplit la couche entière ! C'était donc adopté.

Vivement l'été et le cul-nu qu'on puisse le familiariser avec le pot !

fanette


Maladie Coeliaque et perte de poids

Cette mère a accouché en novembre 2004 d’un petit garçon en parfaite santé. Elle avait allaité son premier enfant pendant plus d’un an, et prévoyait d’en faire autant avec son second enfant. Ce dernier a été exclusivement allaité pendant environ 7 mois, et sa croissance a été excellente pendant toute cette période. A cet âge, l’enfant a commencé à consommer des solides. A 8 mois, il pesait 10 kg 400. A 14 mois, il pesait toujours 10 kg 400 et il n’avait pas grandi, en dépit des solides, et d’une douzaine de tétées quotidiennes.

Lire la suite...

Lait maternel, elle n'aime que ça !

Lola a un reflux depuis sa naissance. Elle est allaitée. Les conditions particulièrement difficiles qu’induit le reflux gastro-oesophagien (RGO), m’a fait remettre en cause l’allaitement plusieurs fois. Mais… Lola n’aime pas le lait de vache et le peu qu’elle en ait mangé, a engendré des régurgitations de lait caillé. Elle est allergique au soja (vomissements). Et puis, elle a refusé tous les "laits" végétaux, sauf le "lait" de riz. Mais celui-ci la constipe ! Alors, qu’aurais-je fait si je n’avais pas allaité ?

Lire la suite...

Vasospasme soigné au calcium et magnésium

J’ai mis Nathan au monde en octobre 2008. Je l’ai allaité dès sa naissance et très vite, j’ai ressenti de vives douleurs aux deux seins après chaque tétée. Pour être imagée, c’est comme si on m’arrachait la peau des seins et qu’on me donnait des coups d’aiguilles à travers la poitrine. J’ai ressenti vraiment quelque chose de désagréable, qui demeurait longtemps après la tétée. Les mamelons étaient aussi blancs en partie. J’ai remarqué que ces douleurs s’accentuaient avec le froid de l’hiver arrivant.

Lire la suite...

Sommeil de loirs ou de hiboux ?

Il y a des bébés loirs.

Et il y a des bébés hiboux, qui sont de chouettes bébés (hu hu ! c'est drôle)

Ce bébé dormait bien. Et puis, il a eu un reflux. Alors, il a arrêté de bien dormir. Moi aussi.

Quand on a un bébé qui ne dort pas, on apprend beaucoup de choses (faut bien rester positif)

Lire la suite...

Cododo improvisé à cause du reflux

Nous avons mis en place le cododo un peu subitement, suite à une poussée de croissance et donc à une demande plus accrue des tétées, qui ne s’est jamais vraiment terminée.

Lire la suite...

Réveils nocturnes, tétées et bébé en écharpe

Je n'ai jamais pu endormir mes enfants au sein, puisqu'il y avait toujours une ribambelle de rots à sortir. Je les ai très longtemps endormis à bras ou en porte bébé.

Lire la suite...