Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

J'ai essayé pour la première fois, un matin au réveil. Et mon petit bonhomme s'est soulagé, pendant que je l'encourageais en faisant "psss, psss".

Dès le lendemain, j'ai multiplié les occasions, souvent à son réveil. Rémi, alors âgé de 3 semaines, commençait à espacer les selles et à déféquer avant la tétée, ce qui était pratique pour mettre en place cette méthode. Puis, j'ai même réussi à repérer son envie de se soulager à sa façon d'agiter les jambes et de se tortiller en râlant. C'est ainsi que Rémi est devenu "propre", pour reprendre l'expression. Et lorsque je déballais les fesses de mon petit père et que je l'installais au dessus de notre baignoire, il me regardait en affichant un large sourire puis, par la suite, un "areuh" !

Rémi avait aussi un reflux d'origine allergique et de fortes coliques à cette période. Il pleurait beaucoup. J'ai vite compris que la position avec les cuisses relevées que permet l'hygiène naturelle a progressivement diminué le nombre de crises. En effet, il n'avait plus du tout à pousser et il évacuait avec facilité sans avoir à se tortiller plusieurs minutes avant l'arrivée des selles. Bien que les cacas de bébé allaité soient liquides, les efforts qu'avait à fournir Rémi jusqu'alors, contractaient son diaphragme et le faisaient cracher. Les régurgitations ont également diminué. En fait cette position lui permettait d'évacuer urine, selles, gaz et rots sans plus aucune gène.

Un jour en regardant Rémi fin heureux, les jambes écartées au dessus de la baignoire, je me suis dit que j'allais faire une pierre deux coups en modifiant ma façon de le porter en écharpe. Je l'installais habituellement en position foetale, que je trouve plus physiologique pour un nouveau-né. Maintenant, en nouant l'écharpe en simple croisé, il se retrouvait avec les genoux bien relevés comme lorsqu'il défèque et le corps vertical pour faciliter la digestion et l'émission de rots. Et, lui, se sentait moins "comprimé" qu'en kangourou. Dès le premier essai, il a fait, tout seul et sans difficulté aucune, son premier caca qui remplit la couche entière ! C'était donc adopté.

Vivement l'été et le cul-nu qu'on puisse le familiariser avec le pot !

fanette


Cododo improvisé à cause du reflux

Nous avons mis en place le cododo un peu subitement, suite à une poussée de croissance et donc à une demande plus accrue des tétées, qui ne s’est jamais vraiment terminée.

Lire la suite...

Signes d'oesophagite chez un bébé qui pleure peu

Lola a déclaré un reflux très tôt après sa naissance, je l’ai vu tout de suite à son comportement.
Elle avait des spasmes, de petits soubresauts qui partaient du bas de la colonne vertébrale jusqu’en haut. Elle se tortillait et gémissait, plus qu'elle ne pleurait. Il n’y avait pas, ou seulement quelques rares régurgitations de lait caillé. Il s’agissait d’un reflux interne, c'est à dire qu'elle ravalait immédiatement les remontées acides et j'entendais régulièrement gloup gloup dans sa gorge, suivi de grimaces.

Lire la suite...

Lactase pour un bébé allaité

J’ai allaité avec un réflexe d’éjection fort (REF), c’est à dire que mon lait sortait trop vite, trop fort, à la manière d’un Karcher. En conséquence, ma fille était très tonique et goulue lorsqu'elle tétait. Elle s’étranglait parfois, tétait peu et très souvent, visiblement pas assez pour être rassasiée. Elle avait des gènes digestives, des rots et gaz nombreux, des selles vertes et mousseuses souvent explosives qui s'annonçaient par des coliques, ainsi qu'un reflux gastro-oesophagien. Tout ceci la maintenait éveillée et geignarde durant des heures et rendait l’allaitement épuisant pour moi.

Lire la suite...

Allergique à l'arachide, à vie !

Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...