Lola a quasiment toujours eu la peau très sèche sur le corps, les joues rouges à la texture d'une peau de crocodile (heureusement jamais à sang, ni suintante), de petites zone eczémateuses jaunes comme des croutes de lait dans les sourcils et derrière les oreilles, le tout accompagné de fréquentes rhino-pharyngites purulentes, en particulier en période de poussée dentaire, soit tous les un à deux mois. Elle avait également un reflux sévère (oesophagite diagnostiquée à l'âge d'un an) et des troubles digestifs (rots, gaz, selles vertes durant l'allaitement exclusif et constipation dès le début de la diversification alimentaire avec des légumes pourtant laxatifs !). J'ai toujours su qu'elle réagissait à un ou des aliments, mais lesquels ?

Depuis la grossesse, j'étais moi même sous éviction stricte des blés, laits animaux et oeuf (entre autres !) car poly-allergique. Je n'imaginais pas que ma fille était, elle aussi, poly intolérante alimentaire, en particulier aux fruits à coque, que je consommais régulièrement en grosse quantité pour remplacer certains aliments interdits.

Concernant l'amande, j'ai été fixée grâce à l'éviction que j'ai entamée vers ses 7 mois pour diminuer mon réflexe d'éjection fort du lait (l'amande, comme l'ensemble des noix, étant galactogène). J'ai alors constaté une légère amélioration de son reflux et de son eczéma. Et puis, durant la diversification, elle n'a pas aimé et repoussa le jus d'amande, les entremets à base d'amande ou la pâte d'amande que je lui proposa. Sa dermatite atopique flamba au niveau des sourcils et des joues à chacune de ces tentatives. J'en conclu qu'elle y réagissait et je supprima très vite l'amande de son alimentation.

Pour la noisette, lorsque j'en ai donnée tel quel, 1 à 2 fois, elle a eu plein de petits boutons rouge qui démangeaient atour de la bouche. Elles étaient biologiques, mais entières avec la pelure qui est réputée provoquer des réactions chez certaines personnes. Mais puisqu'elle ne tolérait déjà pas l'amande et que tout cela fait partie de la même famille, celle des fruits à coque, je n'ai pas cherché plus loin. Il me semble, de mémoire, que le phénomène était identique avec les noix et j'ai à leur tour exclu noisettes et noix.

Il restait les noix de cajou qu'elle aimait consommer très régulièrement durant plus d'1 an. Heureusement que je limitais à 3 à 6 par jour, sinon elle en aurait dévoré des tonnes ! Ca n'est que lorsqu'elle eu 3 ans que ça me paru évident. Elle avait été gardée une semaine complète chez ma mère, à qui j'ai fourni la coutumière "épicerie sans allergènes", mais cette fois là, sans cajou, parce qu'il ne m'en restait plus. Lorsque je suis revenue chercher Lola, j'avais apporté avec moi des cajous. Elle a déclaré de nouveau un rhume (éternuements, puis mucus vert avec congestion nasale) quelques jours seulement après en avoir mangé et puis, de l'eczéma sur les joues, les sourcils et même les avants-bras. Elle n'en a plus consommé depuis et elle n'a plus ni rhume, ni dermatite atopique !

Entre deux, une petite plaque d'eczéma réapparut dans un sourcil après avoir ajouté des billes soufflées à la noix de coco dans ses céréales du matin. Je n'avais pas pensé que la coco était, elle aussi, une noix ! J'ai alors supprimé toute variété de noix, même les pistaches.

Concernant l'arachide, j'en ai consommé par poignées durant la grossesse car je ressentais le besoin d'en manger. Des analyses ont montré que j'étais carencée en acides gras à cette période. Il y avait probablement un lien entre cette pulsion alimentaire et la carence. Mais voyant la sensibilité accrue de ma fille aux fruits à coque et au soja (une légumineuse comme l'arachide), par prudence puisque que ces allergies peuvent être croisées, j'ai attendu longtemps avant de lui proposer une cacahuète. Lola avait environ 6 ans lorsqu'elle a montré des signes de meilleure tolérance alimentaire et que certaines réactions ont disparues. Elle a pu manger de nouveau des pistaches, puis des cajous. Ensuite, j'ai introduis la cacahuète. Et bien elle n'y est pas du tout allergique !

fanette

Vasospasme soigné au calcium et magnésium

J’ai mis Nathan au monde en octobre 2008. Je l’ai allaité dès sa naissance et très vite, j’ai ressenti de vives douleurs aux deux seins après chaque tétée. Pour être imagée, c’est comme si on m’arrachait la peau des seins et qu’on me donnait des coups d’aiguilles à travers la poitrine. J’ai ressenti vraiment quelque chose de désagréable, qui demeurait longtemps après la tétée. Les mamelons étaient aussi blancs en partie. J’ai remarqué que ces douleurs s’accentuaient avec le froid de l’hiver arrivant.

Lire la suite...

Eczéma et allergie aux fruits à coque

Chiara est née en août 2005. A la maternité, les puéricultrices lui ont donné des biberons à mon insu puis m’ont conseillé de lui en donner en attendant ma montée laiteuse. Je ne sais pas si cela à un lien; mais dès les premiers jours, elle nous a déclaré un eczéma.

Lire la suite...

Réflexe d'éjection fort, reflux et lait de vache

Très rapidement après sa naissance, Pauline n'arrivait plus à s'endormir au sein : dès la 3ème semaine, je crois. Il lui arrivait très souvent de se rejeter en arrière en début de tétée, de hurler comme si elle refusait le sein. Elle s'est mise à avoir des selles vertes et mousseuses.

Lire la suite...

Douce rémission de la douleur aux seins

J'ai la poitrine nue et Lola contre moi. Elle a la grippe. Elle est fiévreuse et frissonne. Elle tète. Elle tète à vide, à plein, elle tète et elle tète. Je regarde avec curiosité mon mamelon qui dépasse à peine de sa bouche et qu'elle malaxe, tire et suce dans tous les sens... Je ne sens rien !

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...

Sans couche pour calmer un érythème, des coliques et un reflux

Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

Lire la suite...