Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

 

Bien sûr, elle tétait beaucoup. La nuit, elle ne dormait que couchée à plat ventre sur moi, j'ai donc passé plusieurs mois à dormir sur le dos, en position semi-allongée contre mon coussin d'allaitement avec Savannah sur moi, le sein à portée de bouche. Les week-ends, mon mari la prenait pour que je puisse dormir dans une autre position, elle dormait couchée sur lui. Si mes souvenirs sont bons, j'ai pu commencer à me tourner sur le côté, et donc la poser sur le matelas, vers ses 6 mois peut-être. Pour les siestes, c'était uniquement dans l'écharpe ou dans mes bras et j'ai pu commencer à la poser sur mon lit pour les siestes l'été de ses 18 mois, et encore ça ne marchait pas à tous les coups. Ce qui marchait aussi, quand les beaux jours sont arrivés, c'est la balançoire. Mon mari avait installé une vieille toile de tonnelle pour que le portique soit à l'ombre, elle avait un siège pour bébé que l'on posait bloquait en position semi-allongé avec des pinces à linge et elle s'endormait ainsi.

Le problème, c'était mon réflexe d'éjection fort (REF), les 6 premiers mois de vie, elle ne pouvait pas s'endormir au sein pendant la journée donc je l'endormais dans l'écharpe mais c'était plus long et elle pleurait car elle voulait téter. Bien sûr, c'était un bébé qui pleurait beaucoup parce qu'on a beau être aussi maternante que possible, parfois on n'y arrive plus et parfois on ne comprend pas ce que veut son bébé. Mon REF a cessé d'être un problème vers ses 6 mois, elle a pu s'endormir au sein la journée, donc ça a beaucoup aidé. En même temps, comme elle était très tonique, elle avait un développement moteur assez rapide. A 6 mois, elle tenait parfaitement assise seule, ça aussi ça a beaucoup aidé parce que j'ai commencé à pouvoir la poser dans la journée, avec des jouets. A 8 mois, elle a commencé le 4 pattes et à se mettre debout en se tenant aux meubles à 9 mois, elle a marché à 13 mois. Donc, à partir du moment où elle a commencé à explorer le monde, c'était plus facile.

En grandissant, c'est devenue une petite fille qui, de toute façon, s'exprime toujours plus fort que ne l'aurait fait son frère par exemple. Savannah va facilement se mettre à pleurer si on lui refuse un truc ou si elle tombe. Des situations où l’on n'aurait pas entendu Nathan, elle hurle. Bon, elle parle tout le temps aussi... C'est tout simplement quelqu'un d'extravertie là où son frère est plutôt renfermé. C'est moi qui ai dû réduire les tétées de jour parce que vers 2 ans c'était devenu insupportable. Je suis en train de la sevrer des tétées de nuit et c'est sans doute moi qui prendrait l'initiative du sevrage complet, parce que je pense que le sevrage naturel se ferait un âge bien plus tardif que ce que je voudrais. Elle est demandeuse de câlins alors qu'avec Nathan il faut les réclamer.

La différence entre un BABI et un autre enfant ? Ben, moi j'ai eu les deux extrêmes alors je ne sais pas si je suis un exemple. Nathan a fait ses nuits à 2 mois, 9h d'affilée, à trois mois il tétait 5 fois par jour, à 6 mois il dormait 12h par nuit et faisait trois siestes. Je me rappelle que l'été de son premier anniversaire, il dormait 3h d'affilée l'après-midi. Tout bébé, il restait de longs moments sur son tapis d'éveil ou dans son transat. Il pleurait très rarement. C'était aussi un bébé très peu tonique, qui a tenu assis à 9 mois, a commencé le 4 pattes à 1 an, a marché à 18 mois. Il demandait peu les bras. Alors, que sa soeur, je crois que je peux dire que ma grossesse a duré 6 mois de plus que les 9 mois réglementaires. Si je devais décrire la vie avec un bébé intense en quelques mots, c'est la description que je donnerais : elle était sortie de mon ventre mais à part ça, c'était pareil, elle était contre moi quasi en permanence pendant 6 mois.

Shadow


Allergie chronique, quelles répercussions à l'âge adulte ?

Lola a un reflux depuis sa naissance, une peau sèche et eczémateuse, une constipation depuis la diversification et de nombreuses intolérances alimentaires. Lola n’aime pas le lait de vache. Le peu qu’elle en ait mangé, a engendré des régurgitations douloureuses. Elle est allergique au soja (vomissements). Et puis elle a refusé tous les "laits" végétaux, sauf le "lait" de riz. Mais celui-ci la constipe! Alors, qu’aurais-je fait si je n’avais pas allaité? Le cas échéant, que ce serait-il passé? Je ne peux m’empêcher de penser à ma situation.

Lire la suite...

Lait maternel, elle n'aime que ça !

Lola a un reflux depuis sa naissance. Elle est allaitée. Les conditions particulièrement difficiles qu’induit le reflux gastro-oesophagien (RGO), m’a fait remettre en cause l’allaitement plusieurs fois. Mais… Lola n’aime pas le lait de vache et le peu qu’elle en ait mangé, a engendré des régurgitations de lait caillé. Elle est allergique au soja (vomissements). Et puis, elle a refusé tous les "laits" végétaux, sauf le "lait" de riz. Mais celui-ci la constipe ! Alors, qu’aurais-je fait si je n’avais pas allaité ?

Lire la suite...

Humeur en dents de scie d'un bébé à reflux

Je ne sais par quel mécanisme, mais souvent les bébés souffrant d'un reflux vont "oublier" leur douleur lorsqu'on leur change les idées ou alors elle se calme sous l'effet de la détente occasionnée ?

Lire la suite...

Lactase pour un bébé allaité

J’ai allaité avec un réflexe d’éjection fort (REF), c’est à dire que mon lait sortait trop vite, trop fort, à la manière d’un Karcher. En conséquence, ma fille était très tonique et goulue lorsqu'elle tétait. Elle s’étranglait parfois, tétait peu et très souvent, visiblement pas assez pour être rassasiée. Elle avait des gènes digestives, des rots et gaz nombreux, des selles vertes et mousseuses souvent explosives qui s'annonçaient par des coliques, ainsi qu'un reflux gastro-oesophagien. Tout ceci la maintenait éveillée et geignarde durant des heures et rendait l’allaitement épuisant pour moi.

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...