Depuis que Pauline est née, je pense que les siestes qu'elle a pu faire allongée seule dans un lit peuvent se compter sur les doigts des deux mains ! Les deux semaines ayant suivi sa naissance, elle s'endormait au sein, puis je ne cherchais plus à bouger et lisais. Le soir, nous réussissions encore à la poser endormie. Mais très vite, dès la 3ème semaine je pense, Pauline n'a plus pu s'endormir au sein. J'ai alors compris que j'avais un terrible réflexe d'éjection fort du lait (REF) et elle, un reflux lié à mon REF.



Impossible donc d'endormir Pauline au sein, ni bercée en nacelle (même en surélevant un peu la tête). En revanche, l’endormissement était très rapide en porte-bébé classique. Alors, c'est parti pour le porte-bébé classique ! A ses 4 mois, Pauline ne s'endormait encore que de cette façon en journée, et le soir, son papa la berçait à bras avant de la poser dans son lit. Je commençais à avoir extrêmement mal au dos et aux épaules, parce que Pauline avait souvent besoin que je marche avec le porte-bébé pour pouvoir s'endormir, puis rester endormie. J'ai le souvenir d'agréables promenades sous le soleil de Paris (Pauline est née au printemps), mais vraiment les dernières semaines, un mal de dos de plus en plus violent. Je la portais tout de même facilement 6 à 8h par jour (le reste du temps, elle tétait).

A ses 4 mois, j'ai enfin découvert les écharpes de portage. Ouf, cela m'a sauvée ! Pauline fera ses siestes en écharpe de portage de ses 4 mois à ses 18 mois environ. Entre 12 et 18 mois, comme j'ai repris le travail (télétravail), elle fera la sieste en écharpe avec Meryiem, sa nounou, puis à partir de 18 mois, sieste au sein, enfin... tout contre moi qui faisait aussi la sieste avec elle (mais, je n'ai jamais pu me relever, donc si je n’avais pas sommeil, je lisais). Il y eu encore des siestes en écharpe jusqu'à ses 2 ans et demi à peu près, dans le TGV, dans des parcs, en promenade. Le soir, Pauline commencera à s'endormir au sein dès 5-6 mois et à se rendormir ainsi la nuit. Elle s'endort toujours ainsi aujourd'hui. Mais, il m'est arrivé ponctuellement d'utiliser l'écharpe le soir ou la nuit, en cas de grosses poussées dentaires ou de maladie.

Pendant cette grosse année de sieste en écharpe, il m'est arrivé assez souvent d'avoir moi aussi envie de dormir un petit peu. Comme je ne pouvais pas dénouer l'écharpe au risque de réveiller Pauline, je m'asseyais confortablement sur un canapé avec accoudoirs ou un large fauteuil avec accoudoirs, pour pouvoir me laisser aller au sommeil, sans crainte de tomber. Les quelques nuits où j'ai utilisé l'écharpe pour rendormir Pauline, je n'ai pas hésité à me recoucher en position semi assise, bien calée avec des coussins dans le dos, en laissant Pauline dans l'écharpe. Mon lit étant à l'époque constitué de futon sur tatami, je ne craignais pas non plus de tomber. Le nœud que j'utilisais toujours pour les siestes et rendormir Pauline la nuit est le double croisé enveloppé, dans lequel il est d'ailleurs tout à fait possible d'allaiter si besoin.

Voilà pour ma petite expérience de maman s'endormant tout en portant son bébé en écharpe ! Vraiment, je ne regrette pas ses petites siestes réparatrices, ni les moments où je ne dormais pas d'ailleurs, pendant lesquels j'ai pu dévorer de nombreux livres, même si bien sûr, les premiers mois, j'ai beaucoup douté, car je m'attendais à avoir un bébé qui fasse de longues siestes tout seul dans son petit lit et moi, pendant ce temps, j'aurais pu faire plein de choses dans mon appartement... J'avais des attentes irréalistes, car même sans REF et sans RGO, de nombreux bébés ne sont pas posables, ils ont besoin du contact de leur maman ! J'ai aussi vu Meryiem dormir avec Pauline en écharpe sur elle, alors que je faisais une petite pause pour aller boire un verre pendant la rédaction de ma thèse. Donc la nounou de Pauline a aussi dormi en portant Pauline dans l'écharpe !

Céline, maman de Pauline (née le 20 mars 2006)


Sans couche pour calmer un érythème, des coliques et un reflux

Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

Lire la suite...

Eviction stricte du blé et du gluten

J’ai commencé par exclure le gluten et le lactose sous les conseils de mon nutritionniste. Grâce à cela, ma vie a changé car je n’etais plus malade et je pouvais enfin digérer ce que je mangeais ! Elle a changé aussi, car elle est devenue moins souple et plus astreignante, à cause des régimes d’éviction. Mais c’est un effort qui en vaut largement le coup !

Lire la suite...

Mères d'enfants différents

Vous les rencontrez un peu partout.

Au marché, dans le métro, chez le médecin…

Parfois, vous assistez aux crises de leurs enfants au parc ou au supermarché.

Vous les trouvez très patientes ou trop peu.

Quand vous les regardez de près, vous trouvez peut-être qu’elles sont particulièrement cernées, essoufflées.

Lire la suite...

Témoignages

 

Témoignages


 

Nourrisson allergique au soja

J'ai allaité avec un réflexe d'éjection fort du lait et Lola a eu très rapidement un reflux gastro-oesophagien interne, c'est-à-dire sans aucune régurgitation. Jusque là, elle avait juste du mal à faire sortir les rots et je la faisais dormir inclinée contre les remontées acides. Mais, à partir de 4 mois environ, son reflux pris une autre allure. Elle avait mal quand elle rotait et vomissait du lait caillé après chaque tétée.

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...