Suite aux soupçons de reflux (RGO) et d’allergie aux protéines de lait de vache (APLV), le pédiatre prescrit des examens allergo et une « radio » à Maël, 19 mois. Je cherche de plus amples informations sur internet et je decouvre…le TOGD ! Ils auraient quand même pu m’informer ! J’appréhende beaucoup l’examen, pas pour lui même, puisqu’il n’est pas intrusif, mais pour le jeûne imposé à Maël, qui tête très fréquemment le matin.

 

Il nous est demandé de ne rien lui donner après 4 heure du matin. J’ai finalement décidé, après m’être informée, de lui donner une dernière tétée à 7 heures, le lait maternel étant assimilé à un liquide clair par certains anesthésistes, et est digéré très rapidement (en 2-3 heures).

Rendez-vous à 10h pour la radio. Ils nous ferons finalement patienter jusqu’à 11h30, soit 4h30 de jeûne qui ne semble poser aucun problème à Maël. Bon, il est livide, probablement en hypoglycémie mais découvrir ce nouveau lieu l’occupe bien assez.

On est conduit en salle de radio, armés d’un biberon et d’un sachet de Nesscouik®. Ouhhh, plein de cochonneries pour aider à boire le breuvage infâme. J’ai convaincue les opératrices de troquer le nesscouik par du jus d’orange (peine perdue, en y repensant je crois que la mixture était mélangée avec du lait maternisé. Si j’avais su !).

Maël ne veut pas trop boire, forcément, ça ressemble à du plâtre…

J’essaye le biberon, qui l’intrigue, du coup il boit un peu plus, mais toujours pas assez. Les opératrices s’impatientent, tout juste si elles ne me demandent pas de le gaver de force! Ou de sortir!!! Et oui, il y en a dix qui attendent devant la porte ! Je leur rappelle qu’on ne peut pas forcer un bébé, qu’il a juste 19 mois. Et qu’on s’est levé tôt, qu’on vient de loin, etc… Elle nous laisse donc finalement un peu tranquille.

Bon, en alternant biberon petite tasse jaune grande tasse verte, Maël finit par boire une quantité raisonnable. Théoriquement il aurait du boire sur la table pendant qu’elles faisaient les radios.

L’opératrice plaque Maël contre la machine sans ménagement. Evidemment il pleure…Hola! Je la rappelle à l’ordre, un peu de douceur ne fera de mal a personne ! Je n’ai surtout pas envie que Maël soit traumatisé par l’examen. J’explique à Maël ce qu’il se passe et le guide doucement. Il est très intéressé par les lumières qui clignotent partout.

Allongé, on l’incline la tête en bas afin de provoquer le reflux, pendant que les opératrices prennent les radios. Je reste en permanence à coté de lui, lui tenant la main, mais il est tout à fait calme. Cela dure à peine 2 minutes, le temps de voir si quelque chose se passe (ben oui, il y a toujours les 10 qui attendent dehors…). On n’observe pas de reflux.

J’aurais aimé être informée au préalable du déroulement de l’examen, et de l’ingestion d’un produit à base de lait. C’est absurde d’en proposer à un enfant soupçonner d’avoir une APLV ! Il a d’ailleurs été bien malade à la suite. Dommage aussi que le personnel ne soit pas sensibilisé aux examens avec les bébés. Par ailleurs, j’étais déjà convaincue a priori du rgo de Maël, le médecin a d’ailleurs posé le diagnostic à partir de l’interrogatoire, même sans observation du reflux. Cet examen ne me paraît donc pas très pertinent pour la détection du rgo. Il a tout de même permis de valider l’absence de déformation du système digestif.

Anne et Maël (né en nov 2007)


Parcours d'une mère dans le diagnostic du reflux

Nous avons eu deux garçons, tous deux ont souffert de reflux interne. Mais le parcours diagnostique a été différent pour chacun d'eux.

Lire la suite...

Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...

Troubles digestifs chroniques à cause du blé

On m'a toujours décrite comme une enfant "difficile" pour manger et, cela, déjà tout bébé. Mais, chaque fois que je mangeais, j'étais ballonnée et j'avais de fortes douleurs au ventre.

Lire la suite...

Douce rémission de la douleur aux seins

J'ai la poitrine nue et Lola contre moi. Elle a la grippe. Elle est fiévreuse et frissonne. Elle tète. Elle tète à vide, à plein, elle tète et elle tète. Je regarde avec curiosité mon mamelon qui dépasse à peine de sa bouche et qu'elle malaxe, tire et suce dans tous les sens... Je ne sens rien !

Lire la suite...

Constipation à l'introduction du blé

Vers l'âge d'un an, Rémi goûtait seulement à quelques aliments lorsque j'ai commencé à introduire les céréales, d'abord des pâtes au blé. Il a commencé à être constipé.

Lire la suite...