Pierre, 6 mois, est co-allaité avec sa soeur et j'ai un réflexe d’éjection fort du lait (REF) monstrueux et ingérable, pour lequel j'ai tout essayé sans succès ! Il y a exceptionnellement quelques tétées calmes sur le sein gauche, mais la plupart des tétées ressemblent plus à une partie de catch qu'à un doux moment de bonheur partagé.

 

J'avais déjà un REF pour mon aînée et je sais que ça va se tasser. Et d'ailleurs c'est un peu "moins pire" maintenant qu'il tète en écharpe. Le seul problème c'est que le co-allaitement stimule encore plus ! Il pleurait énormément au début et est encore très souvent inconsolable. Il grossit super bien. Il avait doublé son poids de naissance à 3 mois environ. Il s'éveille super bien, à un sourire radieux entre les moments difficiles, s'intéresse à tout, rigole aux éclats avec sa sœur. Et s’il n'avait pas tous ces épisodes de pleurs intenses et inconsolables je ne m'inquièterais pas outre mesure.


Il a aussi un besoin énorme de contact permanent et je considère cela comme normal de lui offrir. Mais j'ai l'impression que ce qui lui arrive, ce n'est pas seulement de l'ordre du bébé qui exprime intensément ses besoins. Le plus typique c'est qu'il manifeste qu'il veut téter, s’agite et grogne. Je le berce pour qu'il arrive à prendre le sein ou bien j’utilise l’écharpe. Il commence à téter, saute et râle. Heureusement, maintenant il sait reprendre et s'accrocher pour suivre le débit de lait dû au REF. Ça marche mieux si je continue à le bercer en l'encourageant doucement. Les tétées sont expresses, puis il se cambre, râle. Je le console, le redresse, il fait un énorme rot, mais après il ne veut pas poursuivre la tétée. 20 à 30 minutes plus tard, il commence soit à gémir, soit à pleurer. Et s’il s'était endormi au sein, il se réveille en sautant ou pleurant très fort, même si je suis avec lui. Et là, pas de rot, juste des pleurs intenses prolongés et quasi inconsolables, toujours en se débattant et en arquant le dos et il refuse de téter, sauf quelques secondes pour plonger dans le sommeil

Les siestes sont difficiles. Ce qui marche le mieux c'est de rester ensemble, et il tète toutes les 20 minutes à peu près, jusqu'à ce que quelque chose le gène trop, pour continuer. Il arrive comme ça à dormir 1h30 au total. Mais c'est très rare qu'il me semble reposé au réveil et qu'il se réveille sans hurler.

Le soir, une fois endormi dans mes bras en le berçant pendant la tétée, j'attends que son sommeil s’apaise. Je le dépose dans le lit familial pour prendre ma douche et en général je le rejoins mouillée vu qu'il pleure déjà ! Souvent il diminue ses pleurs, reprend quelques gorgées et se rendort. Et ça se répète plusieurs fois avant ce qui semble être son réel endormissement. Ensuite pendant le reste de la nuit c'est rarement 2 réveils pour lesquels il me trouve tout de suite, tète et se rendort. Sinon, le plus souvent c’est un nombre incalculable de réveils en cris, où il ne veut pas téter, pleure, puis se rendort longtemps après en le berçant. Avec un poil de chance, dans ces cas-là il est 5h30 et sa soeur commence sa journée !

Il a aussi souvent des joues bien rouges, il se frotte le nez et les oreilles (qui ont été examinées et rien à signaler), et d'une manière générale il ne semble pas à l’aise. A part avec une distraction et un mouvement permanents (et encore ça ne marche pas toujours), il n'a pas de répit !

Sophie, New York, Etats-Unis


Réflexe d'éjection fort et confusion tétine/sein

Dès les 1ers jours, Lola tétait très fréquemment et peu de temps. Elle avait aussi des troubles digestifs: selles vertes explosives et mousseuses, des coliques, un reflux (RGO), de nombreux rots et dormait seulement portée verticalement. J'étais dépassée par le rythme incessant de tétée-change-de-couche-portage qui s'enchaînait sans répit! J'avais un réflexe d'éjection fort (REF).
J'ai fini par ressortir une tutute que j'avais gardée "au cas où?" offerte dans un coffret naissance de maternité, pensant ne jamais l'utiliser puisque j'allaitais !

Lire la suite...

Constipation à l'introduction du blé

Vers l'âge d'un an, Rémi goûtait seulement à quelques aliments lorsque j'ai commencé à introduire les céréales, d'abord des pâtes au blé. Il a commencé à être constipé.

Lire la suite...

Sans couche pour calmer un érythème, des coliques et un reflux

Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

Lire la suite...

Diversification pas à pas à cause d'intolérances alimentaires

Après avoir allaiter aux signes d’éveil, j’ai tenté de pratiquer la diversification aux signes d’envie. Et l’envie s’est faite ressentir vers 5 mois et demi alors que Lola tenait assise dans sa chaise haute. Elle manifestait un vif intérêt à table. Mais un contexte d’allergie alimentaire, plus précisément d’intolérances alimentaires, a compliqué la chose.

Lire la suite...

Eczéma et allergie aux fruits à coque

Chiara est née en août 2005. A la maternité, les puéricultrices lui ont donné des biberons à mon insu puis m’ont conseillé de lui en donner en attendant ma montée laiteuse. Je ne sais pas si cela à un lien; mais dès les premiers jours, elle nous a déclaré un eczéma.

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...