Lola a déclaré un reflux très tôt après sa naissance, je l’ai vu tout de suite à son comportement.
Elle avait des spasmes, de petits soubresauts qui partaient du bas de la colonne vertébrale jusqu’en haut. Elle se tortillait et gémissait, plus qu'elle ne pleurait. Il n’y avait pas, ou seulement quelques rares régurgitations de lait caillé. Il s’agissait d’un reflux interne, c'est à dire qu'elle ravalait immédiatement les remontées acides et j'entendais régulièrement gloup gloup dans sa gorge, suivi de grimaces.

Pendant une tétée, j’avais du mal à la lover au creux de mes bras. Elle se raidissait et s’arquait vers l’arrière. Je devais toujours la tenir fermement avec mon bras. Impossible aussi de la plaquer contre mon torse. J’essayais toujours de replier ses petites jambes sur elles-mêmes. Mes bras étaient toujours dans l’effort pour la contenir. J’avais également un réflexe d’éjection fort du lait (REF) qui faisait que mon lait sortait avec puissance et en jets.

Après la tétée, c’est là que commençait l’enfer ! La digestion était longue, très longue, parsemée de rots douloureux qui semblaient ne jamais réussir à sortir. Même si elle s’était endormie au sein, impossible de la coucher. Soit elle se réveillait immédiatement en râlant, soit en criant de douleur environ 10 à 15 mn plus tard. Et lorsque je la reprenais contre moi, sortait alors un gros rot, suivit d’un gémissement. Et des rots comme celui-là, il y en avait plusieurs pendant et juste après la tétée, plusieurs minutes et encore plusieurs heures après !

Elle ne dormait donc presque pas en journée, par tranches de quelques minutes (15 mn) seulement, ou un peu plus longtemps (1 heure) si elle était en position verticale, c’est à dire portée sur moi.

Au fil des mois comme cela, d’autres symptômes sont apparus :
- La position allongée devenait de plus en plus difficile à supporter pour elle. Elle geignait sur la table à langer, dans le transat et sur son tapis d’éveil. Toutes les activités se faisient donc de maniere très hachée (ou ne se faisait plus) et en la maintenant inclinée sur des coussins (pratique hein pour langer !) ou assise bien droite dans mes bras.
- Les reveils en sursaut et en hurlant se sont multipliés la nuit, environ toutes les 2 h. Heureusement, une tétée la calmait immédiatement. S’en suivait alors un rituel de nombreux rots "coincés" qui l’empêchaient de se rendormir pendant au moins 30 mn.
- Elle s’est mise à frotter frénétiquement ses yeux et son nez, systématiquement lorsque je l’inclinais en position "madone" pour l’allaiter. Une fois, alors qu’elle était allongée sur la table à langer, j’ai même appelé le Samu ! Son visage était devenu rouge marbré, avec les yeux rouges et larmoyants, et elle pleurait en se frottant et se tortillant. Le temps de la prendre à bras, d’appeler et de lui donner la tétée, la crise s’est calmée toute seule. Plus tard, beaucoup plus tard, lorsque le diagnostique est tombé vers 12 mois (oesophagite peptique de grade 1), j’ai compris qu’il s’agissait là, d’une crise de remontées acides.
- Les complications de santé se sont enchaînées. De nombreuses rhino-pharyngites infectées accompagnaient chacune des poussées dentaires (j’ai appris par la suite que les poussées dentaires accentuent justement le reflux), soignées à coup de mouche-bébé, suppositoires de Bronchorectine Citral® et de kiné respiratoire. Surtout pas d’expectorants qui fluidifient aussi les sucs gastriques et aggravent le reflux ! Une double otite séreuse a été diagnostiquée en même temps que l’oesophagite. Elle devait accentuer la gène et la douleur en position allongée. C’est vrai que Lola se tripotait souvent les oreilles. On avait mis ça, au début, sur le compte de la découverte de cette partie de son corps.

Ca a été un cahot de 13 mois durant, avant que l’on trouve un traitement qu’elle accepte d'avaler et de voir les premiers effets, surtout sur son sommeil. Elle avait 16 mois lorsque j’ai découvert ce que c’était d’avoir un bébé qui se réveille tranquillement, en gazouillant !

fanette


Signes d'oesophagite chez un bébé qui pleure peu

Lola a déclaré un reflux très tôt après sa naissance, je l’ai vu tout de suite à son comportement.
Elle avait des spasmes, de petits soubresauts qui partaient du bas de la colonne vertébrale jusqu’en haut. Elle se tortillait et gémissait, plus qu'elle ne pleurait. Il n’y avait pas, ou seulement quelques rares régurgitations de lait caillé. Il s’agissait d’un reflux interne, c'est à dire qu'elle ravalait immédiatement les remontées acides et j'entendais régulièrement gloup gloup dans sa gorge, suivi de grimaces.

Lire la suite...

Parcours d'une mère dans le diagnostic du reflux

Nous avons eu deux garçons, tous deux ont souffert de reflux interne. Mais le parcours diagnostique a été différent pour chacun d'eux.

Lire la suite...

Réflexe d'éjection fort et confusion tétine/sein

Dès les 1ers jours, Lola tétait très fréquemment et peu de temps. Elle avait aussi des troubles digestifs: selles vertes explosives et mousseuses, des coliques, un reflux (RGO), de nombreux rots et dormait seulement portée verticalement. J'étais dépassée par le rythme incessant de tétée-change-de-couche-portage qui s'enchaînait sans répit! J'avais un réflexe d'éjection fort (REF).
J'ai fini par ressortir une tutute que j'avais gardée "au cas où?" offerte dans un coffret naissance de maternité, pensant ne jamais l'utiliser puisque j'allaitais !

Lire la suite...

Constipation et intolérance aux protéines du lait de vache

A 1 mois, le bébé pesait 3720 g. Ses selles ont été rares à partir de cet âge : environ une tous les dix jours, mais émises sans aucune difficulté et d’aspect parfaitement normal. La prise de poids était bonne (800 g par mois en moyenne pendant les 4 premiers mois). Elise souffrait par contre de nombreuses rhinites et rhino-pharyngites.

Lire la suite...

Réaction aux noix, cajou et coco

Lola a quasiment toujours eu la peau très sèche sur le corps, les joues rouges à la texture d'une peau de crocodile (heureusement jamais à sang, ni suintante), de petites zone eczémateuses jaunes comme des croutes de lait dans les sourcils et derrière les oreilles, le tout accompagné de fréquentes rhino-pharyngites purulentes, en particulier en période de poussée dentaire, soit tous les un à deux mois. Elle avait également un reflux sévère (oesophagite diagnostiquée à l'âge d'un an) et des troubles digestifs (rots, gaz, selles vertes durant l'allaitement exclusif et constipation dès le début de la diversification alimentaire avec des légumes pourtant laxatifs !). J'ai toujours su qu'elle réagissait à un ou des aliments, mais lesquels ?

Lire la suite...

Sans couche pour calmer un érythème, des coliques et un reflux

Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

Lire la suite...