Cette mère a accouché en novembre 2004 d’un petit garçon en parfaite santé. Elle avait allaité son premier enfant pendant plus d’un an, et prévoyait d’en faire autant avec son second enfant. Ce dernier a été exclusivement allaité pendant environ 7 mois, et sa croissance a été excellente pendant toute cette période. A cet âge, l’enfant a commencé à consommer des solides. A 8 mois, il pesait 10 kg 400. A 14 mois, il pesait toujours 10 kg 400 et il n’avait pas grandi, en dépit des solides, et d’une douzaine de tétées quotidiennes.

De plus, il a commencé à beaucoup pleurer, puis à vomir après chaque repas. Un bilan clinique et biologique a alors été fait, qui n’a rien retrouvé d’anormal. Quand son enfant a commencé à souffrir en outre de diarrhée chronique, la mère a de nouveau consulté, et il a de nouveau subi de nombreux examens. On a alors découvert une importante hypoglycémie et une déshydratation, et il a été hospitalisé en urgence. La mère a décidé de rester avec lui afin de pouvoir l’allaiter à la demande.

Pendant son séjour, l’enfant a subi toute une batterie de tests, qui n’ont rien retrouvé d’anormal. L’enfant avait perdu environ 1 kg. Le spécialiste qui suivait l’enfant a suggéré de faire une biopsie intestinale, mais l’enfant était trop faible pour subir une anesthésie générale. Il a alors été décidé de tenter une alimentation sans gluten, au cas où il souffrirait de maladie cœliaque. Cette décision a permis le diagnostic : tous les symptômes ont disparu, et l’enfant a recommencé à grandir et à prendre du poids. A 21 mois, il tète encore 1 à 2 fois par jour. L’allaitement a permis à ce bébé d’avoir un développement parfaitement normal pendant toute la période d’allaitement exclusif, puis à conserver pendant des mois un état clinique globalement satisfaisant après l’introduction de solides contenant du gluten, avant que survienne la décompensation.

Extrait des Dossiers de l'allaitement n°71 de La Leche League – 2007


Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Vasospasme soigné au calcium et magnésium

J’ai mis Nathan au monde en octobre 2008. Je l’ai allaité dès sa naissance et très vite, j’ai ressenti de vives douleurs aux deux seins après chaque tétée. Pour être imagée, c’est comme si on m’arrachait la peau des seins et qu’on me donnait des coups d’aiguilles à travers la poitrine. J’ai ressenti vraiment quelque chose de désagréable, qui demeurait longtemps après la tétée. Les mamelons étaient aussi blancs en partie. J’ai remarqué que ces douleurs s’accentuaient avec le froid de l’hiver arrivant.

Lire la suite...

Réveils nocturnes, tétées et bébé en écharpe

Je n'ai jamais pu endormir mes enfants au sein, puisqu'il y avait toujours une ribambelle de rots à sortir. Je les ai très longtemps endormis à bras ou en porte bébé.

Lire la suite...

Sommeil de loirs ou de hiboux ?

Il y a des bébés loirs.

Et il y a des bébés hiboux, qui sont de chouettes bébés (hu hu ! c'est drôle)

Ce bébé dormait bien. Et puis, il a eu un reflux. Alors, il a arrêté de bien dormir. Moi aussi.

Quand on a un bébé qui ne dort pas, on apprend beaucoup de choses (faut bien rester positif)

Lire la suite...

Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Nourrisson allergique au soja

J'ai allaité avec un réflexe d'éjection fort du lait et Lola a eu très rapidement un reflux gastro-oesophagien interne, c'est-à-dire sans aucune régurgitation. Jusque là, elle avait juste du mal à faire sortir les rots et je la faisais dormir inclinée contre les remontées acides. Mais, à partir de 4 mois environ, son reflux pris une autre allure. Elle avait mal quand elle rotait et vomissait du lait caillé après chaque tétée.

Lire la suite...