Cette mère a accouché en novembre 2004 d’un petit garçon en parfaite santé. Elle avait allaité son premier enfant pendant plus d’un an, et prévoyait d’en faire autant avec son second enfant. Ce dernier a été exclusivement allaité pendant environ 7 mois, et sa croissance a été excellente pendant toute cette période. A cet âge, l’enfant a commencé à consommer des solides. A 8 mois, il pesait 10 kg 400. A 14 mois, il pesait toujours 10 kg 400 et il n’avait pas grandi, en dépit des solides, et d’une douzaine de tétées quotidiennes.

De plus, il a commencé à beaucoup pleurer, puis à vomir après chaque repas. Un bilan clinique et biologique a alors été fait, qui n’a rien retrouvé d’anormal. Quand son enfant a commencé à souffrir en outre de diarrhée chronique, la mère a de nouveau consulté, et il a de nouveau subi de nombreux examens. On a alors découvert une importante hypoglycémie et une déshydratation, et il a été hospitalisé en urgence. La mère a décidé de rester avec lui afin de pouvoir l’allaiter à la demande.

Pendant son séjour, l’enfant a subi toute une batterie de tests, qui n’ont rien retrouvé d’anormal. L’enfant avait perdu environ 1 kg. Le spécialiste qui suivait l’enfant a suggéré de faire une biopsie intestinale, mais l’enfant était trop faible pour subir une anesthésie générale. Il a alors été décidé de tenter une alimentation sans gluten, au cas où il souffrirait de maladie cœliaque. Cette décision a permis le diagnostic : tous les symptômes ont disparu, et l’enfant a recommencé à grandir et à prendre du poids. A 21 mois, il tète encore 1 à 2 fois par jour. L’allaitement a permis à ce bébé d’avoir un développement parfaitement normal pendant toute la période d’allaitement exclusif, puis à conserver pendant des mois un état clinique globalement satisfaisant après l’introduction de solides contenant du gluten, avant que survienne la décompensation.

Extrait des Dossiers de l'allaitement n°71 de La Leche League – 2007


Selles vertes et intolérance au gluten

Vers 4 mois, mon bébé, exclusivement allaité, a commencé brusquement à faire des selles vertes, et plusieurs fois par jour (4-6), qui sentent très, très mauvais. Avec des gaz, mousseuses parfois, vert fluo presque, plus que liquides, quelquefois avec des glaires (mucus). Je ne me suis pas inquiétée.

Lire la suite...

Allaitement sur mesure d'un bébé allergique

Dès les 1ers jours à la maternité, j’ai repéré très vite des signes de reflux gastrique chez Rémi (pleurs et grimaces avant et après l’émission de rots, régurgitations douloureuses, réveils intempestifs, encombrement ORL). Je les connaissais par cœur, puisque ma fille ainée a souffert plusieurs années de reflux gastro-oesophagien.

Lire la suite...

Réaction aux noix, cajou et coco

Lola a quasiment toujours eu la peau très sèche sur le corps, les joues rouges à la texture d'une peau de crocodile (heureusement jamais à sang, ni suintante), de petites zone eczémateuses jaunes comme des croutes de lait dans les sourcils et derrière les oreilles, le tout accompagné de fréquentes rhino-pharyngites purulentes, en particulier en période de poussée dentaire, soit tous les un à deux mois. Elle avait également un reflux sévère (oesophagite diagnostiquée à l'âge d'un an) et des troubles digestifs (rots, gaz, selles vertes durant l'allaitement exclusif et constipation dès le début de la diversification alimentaire avec des légumes pourtant laxatifs !). J'ai toujours su qu'elle réagissait à un ou des aliments, mais lesquels ?

Lire la suite...

Réveils nocturnes, tétées et bébé en écharpe

Je n'ai jamais pu endormir mes enfants au sein, puisqu'il y avait toujours une ribambelle de rots à sortir. Je les ai très longtemps endormis à bras ou en porte bébé.

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Réflexe d'éjection fort, reflux et lait de vache

Très rapidement après sa naissance, Pauline n'arrivait plus à s'endormir au sein : dès la 3ème semaine, je crois. Il lui arrivait très souvent de se rejeter en arrière en début de tétée, de hurler comme si elle refusait le sein. Elle s'est mise à avoir des selles vertes et mousseuses.

Lire la suite...