Cette mère a accouché en novembre 2004 d’un petit garçon en parfaite santé. Elle avait allaité son premier enfant pendant plus d’un an, et prévoyait d’en faire autant avec son second enfant. Ce dernier a été exclusivement allaité pendant environ 7 mois, et sa croissance a été excellente pendant toute cette période. A cet âge, l’enfant a commencé à consommer des solides. A 8 mois, il pesait 10 kg 400. A 14 mois, il pesait toujours 10 kg 400 et il n’avait pas grandi, en dépit des solides, et d’une douzaine de tétées quotidiennes.

De plus, il a commencé à beaucoup pleurer, puis à vomir après chaque repas. Un bilan clinique et biologique a alors été fait, qui n’a rien retrouvé d’anormal. Quand son enfant a commencé à souffrir en outre de diarrhée chronique, la mère a de nouveau consulté, et il a de nouveau subi de nombreux examens. On a alors découvert une importante hypoglycémie et une déshydratation, et il a été hospitalisé en urgence. La mère a décidé de rester avec lui afin de pouvoir l’allaiter à la demande.

Pendant son séjour, l’enfant a subi toute une batterie de tests, qui n’ont rien retrouvé d’anormal. L’enfant avait perdu environ 1 kg. Le spécialiste qui suivait l’enfant a suggéré de faire une biopsie intestinale, mais l’enfant était trop faible pour subir une anesthésie générale. Il a alors été décidé de tenter une alimentation sans gluten, au cas où il souffrirait de maladie cœliaque. Cette décision a permis le diagnostic : tous les symptômes ont disparu, et l’enfant a recommencé à grandir et à prendre du poids. A 21 mois, il tète encore 1 à 2 fois par jour. L’allaitement a permis à ce bébé d’avoir un développement parfaitement normal pendant toute la période d’allaitement exclusif, puis à conserver pendant des mois un état clinique globalement satisfaisant après l’introduction de solides contenant du gluten, avant que survienne la décompensation.

Extrait des Dossiers de l'allaitement n°71 de La Leche League – 2007


Fibroscopie sans anesthésie d'un bébé

Cela faisait un an que je clamais que mon bébé avait un reflux depuis sa naissance. Aucun des 5 médecins différents que j'ai pu voir ne m'écoutait ou ne me croyait. C'est en consultant un énième pédiatre, qu'il vit à la simple consultation que ma fille âgée de 12 mois avait non seulement un reflux mais aussi une oesophagite. Pour confirmer ce diagnostic, ma fille du passer une fibroscopie. L’examen s’est très bien déroulé, sans anesthésie, mais sous "calmant" administré par un suppositoire.

Lire la suite...

Dormir dans un lit incliné contre le reflux

Leonard est ce qu'il convient d'appeler un bébé RGO. Reflux Gastro Oesophagien. Un sigle barbare pour des symptômes qui le sont tout autant. A la maternité, Leonard dormait dans son berceau. Sur le côté, et sa petite tête en extension. Mais il dormait. Et puis très vite, Leonard n'a plus dormi dans son berceau (pourtant imaginé avec amour par maman et confectionné avec soin par tatie). Très vite, nous avons compris que Leonard ne pouvait dormir qu'en position verticale, allongé il ne dépassait pas les 20 minutes de repos.

Lire la suite...

Douce rémission de la douleur aux seins

J'ai la poitrine nue et Lola contre moi. Elle a la grippe. Elle est fiévreuse et frissonne. Elle tète. Elle tète à vide, à plein, elle tète et elle tète. Je regarde avec curiosité mon mamelon qui dépasse à peine de sa bouche et qu'elle malaxe, tire et suce dans tous les sens... Je ne sens rien !

Lire la suite...

Pharmacie au naturel pour bébé atopique

Il n'est pas nécessaire d'acheter un produit pour chaque usage ou chaque maladie infantile, lorsqu'on connait et que l'on a testé certains produits "tout en un" très pratiques.

Lire la suite...

Troubles digestifs chroniques à cause du blé

On m'a toujours décrite comme une enfant "difficile" pour manger et, cela, déjà tout bébé. Mais, chaque fois que je mangeais, j'étais ballonnée et j'avais de fortes douleurs au ventre.

Lire la suite...

Mycose mammaire chronique

Pourquoi une mycose mammaire dure si longtemps? D'abord je ne savais pas qu'allaiter ne doit pas faire mal. Parce que la douleur s’est amplifiée insidieusement et progressivement sur plusieurs semaines avant que la situation devienne intenable.

Lire la suite...