Lola a un reflux depuis sa naissance, une peau sèche et eczémateuse, une constipation depuis la diversification et de nombreuses intolérances alimentaires. Lola n’aime pas le lait de vache. Le peu qu’elle en ait mangé, a engendré des régurgitations douloureuses. Elle est allergique au soja (vomissements). Et puis elle a refusé tous les "laits" végétaux, sauf le "lait" de riz. Mais celui-ci la constipe! Alors, qu’aurais-je fait si je n’avais pas allaité? Le cas échéant, que ce serait-il passé? Je ne peux m’empêcher de penser à ma situation.

A l’heure actuelle, aucun test n’a mis en évidence une quelconque allergie chez moi. Pourtant, je réagis depuis mon enfance. Des régurgitations importantes ont mis fin à l’allaitement de ma mère au bout de quelques semaines seulement. Il a été remplacé par des biberons de lait épaissis à la farine de blé (mesure habituellement prise dans les années 70) sans pour autant résoudre le problème. Et puis même si aucun test ne peut le prouver, mon histoire clinique parle d’elle-même.

Sur mon carnet de santé, rien que de 0 à 5 ans, je relève déjà 7 rhinopharyngites, 2 bronchites, 7 angines, 1 otite! Et mon état s’est encore empiré par la suite.

Une rhinopharyngite, n’est pas un simple rhume. Une rhino met 10 à 15 jours pour guérir complètement. Pendant ce temps, du pus bouche le nez et les sinus, s’écoule au fond de la gorge pour l’infecter ensuite. Elle se soigne en général avec des expectorants. Dans mon cas, elles étaient presque toutes accompagnées d’antibiotiques.

Je m’interroge alors... Quelles peuvent être les répercutions d’autant d’infections et d’inflammations chroniques sur la santé ? Quel peut être la conséquence sur l’organisme de la prise si fréquente d’antibio ? Je crois qu’aucune étude n’évalue cela jusqu’à l’âge adulte. Alors, je témoigne.

Je ne peux rien affirmer aujourd’hui. Il est trop tard pour savoir. Je peux juste constater un état qui est le mien, et qui se révèle de plus en plus inquiétant au fil années :

- Une digestion partielle, même si mon état s’est nettement amélioré grâce à des évictions alimentaires (blé, laits, œuf, en autre) entreprises il y a 4 ans (1 an avant la grossesse). Plus récemment, on suppute une infection au Candida Albicans (mycose digestive), justement très souvent induite par la prise d’antibiotiques. Je me bats d’ailleurs depuis la naissance de Lola contre une mycose mammaire tenace malgré les traitements. Lola est également infectée au candida.

- Un état immunitaire affaibli. Des anticorps IgE globaux augmentés. Une thyroïdite auto-immune. Une maladie qui peut être provoquée, m’a dit l’endocrinologue, soit par un abaissement des barrières immunitaires, soit par des infections répétées. Et un foyer infectieux au Chlamydia Pneumoniae.

- Des carences en oligoéléments et vitamines à la pelle ! Fer, zinc, calcium, acides gras dont oméga 3 et 6, protides… En particulier, un taux de magnésium que l’on peine à faire remonter depuis que j'ai 16 ans et des crampes, crises de spasmophilies, malaises vagaux depuis tout ce temps (j’ai passé la 30ène !).

- 16 ans encore, l’âge où l’on a diagnostiqué une augmentation du cholestérol, que je contrôle depuis par un régime alimentaire. J’ai pu lire, par ailleurs, que certains dérèglements du cholestérol peuvent être liés à une maladie auto-immune.

- Une croissance en bas des courbes et un petit poids constant de 45 kg depuis l’âge de 18 ans, que je n’arrive pas à faire augmenter, peu importe les quantités que j'avale. Pourtant je mange comme un ogre !

- Une fatigue chronique.

Qui de l’œuf ou de la poule? Peu m’importe aujourd’hui. Je veux juste aller mieux ! Tout ça est trop complexe et imbriqué après coup pour en tirer des conclusions. Seulement des hypothèses… Ca ressemble de près aux symptômes et complications d’une intolérance aux protéines de lait de vache ou au gluten.

Je m’interroge encore… Mais où est le bon sens et l’intuition de notre médecine lorsque je me suis entendue dire à maintes reprises, au vue des résultats négatifs, que "ces troubles sont fonctionnels" !? Pourtant la plus part ont disparu après avoir supprimé le lait de vache et le blé. Quand les médecins arrêteront-ils de dire que « l’eczéma chez un bébé, c’est commun et ça passe avec le temps" !? Alors que des études récentes établissent que 50 à 90% des dermatites atopiques du nourrisson sont dues à une allergie alimentaire !

Moi, je suis capable de mesurer les dégâts et les répercussions sur la santé d’un adulte, que peut faire l’allergie ou l’intolérance alimentaire non soignée, parce que je les vis au quotidien. Je vois mon corps vieillir avant l'heure !

Je m’interroge toujours… Quelle place notre société accordera-t-elle à l’allaitement face à la nette augmentation des allergies alimentaires, en particulier les poly-sensibilisations? Lorsque l’on sait que le seul véritable traitement d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire est le régime d’éviction. Quand on lit la variété des ingrédients différents qui composent les laits infantiles, comment sera-t-il possible à l’avenir de nourrir nos enfants allergiques autrement qu’en les allaitant sous restriction alimentaire ?

Aujourd'hui j'ai une explication. Tout ceci est clairement détaillé par le Docteur Natasha Campbell, nutritionniste-neurologue en Angleterre. Ce dont je souffre s'appelle le syndrome GAP (Gut and Physiological Syndrome), un déséquilibre profond de la flore digestive qui engendre tout genre de troubles du métabolisme. Non seulement ce médecin explique, mais elle propose aussi un traitement, un régime alimentaire que l'on peut mettre en place de manière autonome et qui vise à reconstruire la paroi intestinale abîmée et à renforcer le système immunitaire. Le tout dans une démarche animée de beaucoup de bon sens et ça fait du bien !


fanette


Allergique à l'arachide, à vie !

Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lire la suite...

Eviction stricte du blé et du gluten

J’ai commencé par exclure le gluten et le lactose sous les conseils de mon nutritionniste. Grâce à cela, ma vie a changé car je n’etais plus malade et je pouvais enfin digérer ce que je mangeais ! Elle a changé aussi, car elle est devenue moins souple et plus astreignante, à cause des régimes d’éviction. Mais c’est un effort qui en vaut largement le coup !

Lire la suite...

Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Réveils nocturnes, tétées et bébé en écharpe

Je n'ai jamais pu endormir mes enfants au sein, puisqu'il y avait toujours une ribambelle de rots à sortir. Je les ai très longtemps endormis à bras ou en porte bébé.

Lire la suite...

Une panoplie de traitements contre un reflux résistant

J’ai essayé tous les traitements "doux" repoussant en dernière intension les médicaments allopathiques. Je n’ai de toute façon pas réussi à lui faire avaler les gels et pansements gastriques prescrits. J’ai rapidement compris que Lola ne tolérait pas grand-chose d’autre que mon lait, ou éventuellement de l’eau. Homéopathie, phytothérapie, lactase, portage, massages, maternage intense ont été notre seule réponse possible durant 1 an.

Lire la suite...

Dormir dans un lit incliné contre le reflux

Leonard est ce qu'il convient d'appeler un bébé RGO. Reflux Gastro Oesophagien. Un sigle barbare pour des symptômes qui le sont tout autant. A la maternité, Leonard dormait dans son berceau. Sur le côté, et sa petite tête en extension. Mais il dormait. Et puis très vite, Leonard n'a plus dormi dans son berceau (pourtant imaginé avec amour par maman et confectionné avec soin par tatie). Très vite, nous avons compris que Leonard ne pouvait dormir qu'en position verticale, allongé il ne dépassait pas les 20 minutes de repos.

Lire la suite...