J’ai allaité avec un réflexe d’éjection fort (REF), c’est à dire que mon lait sortait trop vite, trop fort, à la manière d’un Karcher. En conséquence, ma fille était très tonique et goulue lorsqu'elle tétait. Elle s’étranglait parfois, tétait peu et très souvent, visiblement pas assez pour être rassasiée. Elle avait des gènes digestives, des rots et gaz nombreux, des selles vertes et mousseuses souvent explosives qui s'annonçaient par des coliques, ainsi qu'un reflux gastro-oesophagien. Tout ceci la maintenait éveillée et geignarde durant des heures et rendait l’allaitement épuisant pour moi.

J'ai appliqué les conseils donnés par une association d'allaitement pour limiter les effets du réflexe d'éjection fort du lait. Je n'allaitais plus que d'un seul sein plusieurs tétées de suite et j'exprimais avec un tire-lait manuel les premiers jets les plus forts avant de mettre ma fille au sein. Malgré cela, les gènes digestives ne disparaissaient pas. Une bénévole m’a alors proposé d'essayer de lui donner de la lactase de synthèse, une enzyme qui aide à digérer le lactose. Elle m'a expliqué que, lorsqu'on allaite avec un réflexe d'éjection fort, le bébé boit plus qu'il ne faudrait le lait de début de tétée qui est très riche en lactose, mais pas assez du lait plus gras qui coule en fin de tétée. C'était tout à fait le cas de mal fille qui tétait vite et peu. Elle prenait peu de poids et avait des douleurs abdominales.

La lactase n’a pas eu vraiment d’influence sur les selles vertes de ma fille, signe d'intolérance au lactose. Par contre, la prise de lactase a  diminué son reflux de manière franche. J'ai été surprise de cette amélioration qui n'était pas prévue. Les médecins n'ont jamais donné d'explication à ce phénomène malgré mon questionnement. Je me suis dit que, peut-être, la lactase, en agissant sur les ballonnements, a induit un effet positif sur le reflux, de la même manière, qu'à l'inverse, j'avais aussi constaté chez ma fille une majoration du reflux en période de constipation et de poussée dentaire.

Je m'étais procurée la lactase sur le site anglais Colief. Par soucis d’économie, je donnais seulement 2 gouttes juste avant chaque tétée, au lieu de 4 préconisées sur la notice. Une boîte me revenait à 18 Euros environ, frais de port inclus, pour une petite 20ène de jours de traitement à raison de 8 à 10 tétées par jour.

Je suivais les recommandations de la notice, c'est à dire que la lactase se conserve au frigo, ne se donne pas pure et se dilue dans du lait à température ambiante. Tout un programme ! Je récoltais donc un peu de lait à l'aide d'un tire-lait. C'était l'été, alors je le conservais précieusement mon lait au frigo, sinon à 20°C j'aurais pu facilement le garder à portée de main 6 à 10 heures dans un flacon. Puis j'en ressortais 1 mL à la fois, pour qu’il se réchauffe un peu, pour ensuite diluer la lactase à température ambiante. C’était une organisation difficile à gérer à cause du reflux, car il m'était impossible de prévoir la tétée suivante, surtout que ma fille avait une fréquence de tétées complètement anarchique et fonction de la douleur ! Je tentais tant bien que mal de la faire patienter durant ces préparatifs.

Une autre contrainte était que je ne pouvais vraiment m’absenter de la maison car la lactase doit être maintenue au frais. Je limitais donc mes déplacements au strict minimum pour ne pas avoir à manquer une prise, sinon je me déplaçais en emportant la lactase dans un sac isotherme. Mais, un seul oubli et je voyais la douleur revenir de plus belle immédiatement après la tétée ! D'ailleurs, ma file avait essuyé dans la douleur un arrêt brutal pour cause de flacon vide ! Il n’est pas transparent et l’on n’en voit pas le fond. Ensuite, par prudence, j'en avais toujours une seconde boîte d’avance dans ma pharmacie.

Au bout de plusieurs mois, j’ai profité d'une stabilisation de son état de santé pour arrêter le traitement. J'ai procédé très progressivement, d'abord en diminuant la dose de lactase à 1 goutte, puis j'ai espacé 1 tétée sur 2 et ainsi de suite durant quelques semaines jusqu'à l'arrêt total.

Ma fille a reçu de la lactase de l'âge de 2 mois à 7 mois, ce qui a atténué les douleurs provoquées par le reflux, mais ne l'a pas soigné. Malgré la persistance du reflux, ce traitement aura au moins permis d'atténuer les gènes au moment où mon réflexe d’éjection était le plus fort. Et puis, ce phénomène a ensuite progressivement diminué et il ne représentait plus un problème pour mon bébé. Plus tard, j'ai toutefois remarqué que ma fille était très ballonnée lorsqu'elle prenait des granules d'homéopathie. Je me suis dit qu'elle devait probablement être intolérante au lactose, puisque celles-ci en contiennent. Par ailleurs elle était aussi allergique au lait de vache et n'importe quel laitage provoquait des régurgitations douloureuses de lait caillés et une rhinite dans les 48 heures qui suivaient.

fanette


Réflexe d'éjection fort et confusion tétine/sein

Dès les 1ers jours, Lola tétait très fréquemment et peu de temps. Elle avait aussi des troubles digestifs: selles vertes explosives et mousseuses, des coliques, un reflux (RGO), de nombreux rots et dormait seulement portée verticalement. J'étais dépassée par le rythme incessant de tétée-change-de-couche-portage qui s'enchaînait sans répit! J'avais un réflexe d'éjection fort (REF).
J'ai fini par ressortir une tutute que j'avais gardée "au cas où?" offerte dans un coffret naissance de maternité, pensant ne jamais l'utiliser puisque j'allaitais !

Lire la suite...

Allaitement sur mesure d'un bébé allergique

Dès les 1ers jours à la maternité, j’ai repéré très vite des signes de reflux gastrique chez Rémi (pleurs et grimaces avant et après l’émission de rots, régurgitations douloureuses, réveils intempestifs, encombrement ORL). Je les connaissais par cœur, puisque ma fille ainée a souffert plusieurs années de reflux gastro-oesophagien.

Lire la suite...

Sans couche pour calmer un érythème, des coliques et un reflux

Mon bébé traînait un érythème fessier depuis sa naissance. Je n'arrivais pas à l'enrayer malgré les changements de marques de crèmes ou de couches. Une amie m'a rappelé avoir pratiqué l'hygiène naturelle infantile. Cette méthode consiste à tenir le bébé au dessus d'un bac, d'un lavabo ou d'une baignoire pour lui faire faire ses besoins. Grâce à cela, l'érythème a disparu parce qu'il n'avait plus les fesses souillées par les selles, ni ne macéraient dans la couche, grâce aussi à des toilettes simplement à l'eau, un bon séchage et plus aucune crème qui rougissait encore plus ses fesses.

Lire la suite...

Réflexe d'éjection fort, reflux et lait de vache

Très rapidement après sa naissance, Pauline n'arrivait plus à s'endormir au sein : dès la 3ème semaine, je crois. Il lui arrivait très souvent de se rejeter en arrière en début de tétée, de hurler comme si elle refusait le sein. Elle s'est mise à avoir des selles vertes et mousseuses.

Lire la suite...

Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...

Signes d'oesophagite chez un bébé qui pleure peu

Lola a déclaré un reflux très tôt après sa naissance, je l’ai vu tout de suite à son comportement.
Elle avait des spasmes, de petits soubresauts qui partaient du bas de la colonne vertébrale jusqu’en haut. Elle se tortillait et gémissait, plus qu'elle ne pleurait. Il n’y avait pas, ou seulement quelques rares régurgitations de lait caillé. Il s’agissait d’un reflux interne, c'est à dire qu'elle ravalait immédiatement les remontées acides et j'entendais régulièrement gloup gloup dans sa gorge, suivi de grimaces.

Lire la suite...