Dès les 1ers jours, Lola tétait très fréquemment et peu de temps. Elle avait aussi des troubles digestifs: selles vertes explosives et mousseuses, des coliques, un reflux (RGO), de nombreux rots et dormait seulement portée verticalement. J'étais dépassée par le rythme incessant de tétée-change-de-couche-portage qui s'enchaînait sans répit! J'avais un réflexe d'éjection fort (REF).
J'ai fini par ressortir une tutute que j'avais gardée "au cas où?" offerte dans un coffret naissance de maternité, pensant ne jamais l'utiliser puisque j'allaitais !



Ma lactation n'a pas résisté à la tutute. Oh j'ai bien pu me reposer avec Lola, qui vers 1 mois espaçait les tétées de 4 voire 5h en journée grâce à la tutute et commençait à dormir d'une traite la nuit! Elle satisfaisait son besoin de succion ainsi. C'est ce qu'on appelle une préférence sein/tétine.

Mais il n'y avait plus assez de stimulations, car j'appliquais en parallèle les conseils que m'avait donnés une animatrice LLL pour limiter mon REF. Je donnais le même sein plusieurs tétées de suite, soit un seul sein par demi-journée pour enfin réussir à calmer ses gènes digestives. Mon lait se tarissait peu à peu sans que je m'en aperçoive.

Et me voilà un soir, avec Lola en pleurs au sein depuis 3h de l'après-midi, un biberon de lait artificiel dans la main, pour que je comprenne! Que je comprenne qu'elle ne mangeait plus à sa faim, que son poids stagnait, que ça faisait plusieurs jours que cela durait. Pour que je comprenne, parce qu'une animatrice LLL me l'a expliqué, que certains bébés peu demandeurs comme Lola, pouvaient combler leur besoin de succion artificiellement sans pour autant crier famine! Dur sentiment que celui de se sentir responsable de cette détresse! Dure sensation de voir Lola vider d'une traite ce biberon de lait de soja…

J'ai jeté la tutute, pratiqué la super alternance, la compression du sein, pris du Fenugrec en gélule, du Ricinus Communis 5ch en homéopathie, porté en écharpe et mis Lola au sein toutes les heures. Je l'ai vu dévorer et me vider complètement les 2 seins à chaque fois. C'est dire ! Et c'est reparti ainsi.

Puis la tutute a réapparu entre nous. Mais très parcimonieusement, pour aider Lola à lutter contre la douleur de son RGO, qui l'empêchait de dormir et parce que mon REF "inondeur" ne lui permettait pas de se rassurer au sein. Jusqu'à 8 mois, moment où j'ai eu l'impression que ma lactation se stabilisait, j'ai utilisé cet embout plastique quelques minutes au total par jour, juste pour l'endormir et la maintenir calme, alors que des remontées acides la réveillaient de douleur.

Mais lorsque j'ai repris le travail, j'ai essuyé une 2ème confusion sein/tétine. Dans ce contexte déstabilisant d'adaptation et de changements (introduction d'une tasse à bec pour boire mon lait tiré qu'elle refusa dans un 1er temps, la tutute utilisée durant toute la durée de sa sieste, l'absence de sa maman, une poussée dentaire) Lola a montré des signes d'énervement et de mauvaise succion au sein. Un malencontreux biberon donné contre mon autorisation par la nounou, aura encore une fois de plus détournée Lola de mon sein ! Et ma lactation chuta de nouveau. Je me suis battue tout un week-end durant pour la relancer en multipliant les tétées malgré ma fatigue.

En conclusion, cette tutute aura été plus une entrave à l'allaitement qu'un bienfait. Elle a perturbé la mise en place de ma lactation qui était déjà chaotique (engorgements, mastites) à cause de mon REF et du reflux de Lola, qui tétait anarchiquement pour calmer sa douleur. Elle m'a rendu plus difficile à comprendre le fonctionnement d'un allaitement à la demande. Mais elle fait définitivement partie de notre relation et devient un jeu maintenant que Lola est plus grande, lorsqu'elle fait téter sa tutute à mon sein pendant qu'elle tète l'autre côté.

Depuis ses 12 mois environ, les choses sont bien tranchées entre "tétée alimentaire" et "tutute réconfort". C'est moi qui ai plus de mal à me faire à cette idée. En ce moment, c'est elle qui prend le relais pour l'endormissement du soir, Lola ne voulant plus téter mon sein que le matin et en journée.

Je faisais déjà un régime d’éviction du lait de vache, car j’y suis intolérante, qui est souvent responsable des réflexes d'éjection fort. Mon REF ne s’est calmé que lorsque j’ai arrêté les larges cuillerées de purée d'amande que je consommais régulièrement. Je ne savais pas que l'amande, comme la châtaigne, la figue et la plupart des fruits oléagineux, est galactogène.

fanette


Réaction aux noix, cajou et coco

Lola a quasiment toujours eu la peau très sèche sur le corps, les joues rouges à la texture d'une peau de crocodile (heureusement jamais à sang, ni suintante), de petites zone eczémateuses jaunes comme des croutes de lait dans les sourcils et derrière les oreilles, le tout accompagné de fréquentes rhino-pharyngites purulentes, en particulier en période de poussée dentaire, soit tous les un à deux mois. Elle avait également un reflux sévère (oesophagite diagnostiquée à l'âge d'un an) et des troubles digestifs (rots, gaz, selles vertes durant l'allaitement exclusif et constipation dès le début de la diversification alimentaire avec des légumes pourtant laxatifs !). J'ai toujours su qu'elle réagissait à un ou des aliments, mais lesquels ?

Lire la suite...

Materner un enfant différent

C’est compliqué de définir ce qu’est un enfant différent. Beaucoup diront que chaque personne est unique, et c’est vrai; que définir un enfant comme différent, c’est lui apposer une étiquette enfermante, sclérosante, et c’est vrai; qu’il existe un risque que le parent ne se voit plus que comme lui-même différent, voire y trouve une forme de reconnaissance sociale, et c’est vrai. Ces risques existent, mais ces affirmations sont aussi des procès d’intention, qui ne font pas honneur à la souplesse mentale et aux ressources d’amour dont ces parents font preuve.

Lire la suite...

Réflexe d'éjection fort, reflux et sommeil haché

Pierre, 6 mois, est co-allaité avec sa soeur et j'ai un réflexe d’éjection fort du lait (REF) monstrueux et ingérable, pour lequel j'ai tout essayé sans succès ! Il y a exceptionnellement quelques tétées calmes sur le sein gauche, mais la plupart des tétées ressemblent plus à une partie de catch qu'à un doux moment de bonheur partagé.

Lire la suite...

Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...

Allergique à l'arachide, à vie !

Tout a commencé au mariage de ma tante, où pour la première fois j'ai mangé des cacahuètes. Je devais avoir 3 ans, j'ai beaucoup aimé, tellement qu'il paraît que je m'en suis gavée. Après, ça a été la panique : je me suis mise à gonfler et j'avais une urticaire partout sur le corps.

Lire la suite...

Une panoplie de traitements contre un reflux résistant

J’ai essayé tous les traitements "doux" repoussant en dernière intension les médicaments allopathiques. Je n’ai de toute façon pas réussi à lui faire avaler les gels et pansements gastriques prescrits. J’ai rapidement compris que Lola ne tolérait pas grand-chose d’autre que mon lait, ou éventuellement de l’eau. Homéopathie, phytothérapie, lactase, portage, massages, maternage intense ont été notre seule réponse possible durant 1 an.

Lire la suite...