Dès les 1ers jours, Lola tétait très fréquemment et peu de temps. Elle avait aussi des troubles digestifs: selles vertes explosives et mousseuses, des coliques, un reflux (RGO), de nombreux rots et dormait seulement portée verticalement. J'étais dépassée par le rythme incessant de tétée-change-de-couche-portage qui s'enchaînait sans répit! J'avais un réflexe d'éjection fort (REF).
J'ai fini par ressortir une tutute que j'avais gardée "au cas où?" offerte dans un coffret naissance de maternité, pensant ne jamais l'utiliser puisque j'allaitais !



Ma lactation n'a pas résisté à la tutute. Oh j'ai bien pu me reposer avec Lola, qui vers 1 mois espaçait les tétées de 4 voire 5h en journée grâce à la tutute et commençait à dormir d'une traite la nuit! Elle satisfaisait son besoin de succion ainsi. C'est ce qu'on appelle une préférence sein/tétine.

Mais il n'y avait plus assez de stimulations, car j'appliquais en parallèle les conseils que m'avait donnés une animatrice LLL pour limiter mon REF. Je donnais le même sein plusieurs tétées de suite, soit un seul sein par demi-journée pour enfin réussir à calmer ses gènes digestives. Mon lait se tarissait peu à peu sans que je m'en aperçoive.

Et me voilà un soir, avec Lola en pleurs au sein depuis 3h de l'après-midi, un biberon de lait artificiel dans la main, pour que je comprenne! Que je comprenne qu'elle ne mangeait plus à sa faim, que son poids stagnait, que ça faisait plusieurs jours que cela durait. Pour que je comprenne, parce qu'une animatrice LLL me l'a expliqué, que certains bébés peu demandeurs comme Lola, pouvaient combler leur besoin de succion artificiellement sans pour autant crier famine! Dur sentiment que celui de se sentir responsable de cette détresse! Dure sensation de voir Lola vider d'une traite ce biberon de lait de soja…

J'ai jeté la tutute, pratiqué la super alternance, la compression du sein, pris du Fenugrec en gélule, du Ricinus Communis 5ch en homéopathie, porté en écharpe et mis Lola au sein toutes les heures. Je l'ai vu dévorer et me vider complètement les 2 seins à chaque fois. C'est dire ! Et c'est reparti ainsi.

Puis la tutute a réapparu entre nous. Mais très parcimonieusement, pour aider Lola à lutter contre la douleur de son RGO, qui l'empêchait de dormir et parce que mon REF "inondeur" ne lui permettait pas de se rassurer au sein. Jusqu'à 8 mois, moment où j'ai eu l'impression que ma lactation se stabilisait, j'ai utilisé cet embout plastique quelques minutes au total par jour, juste pour l'endormir et la maintenir calme, alors que des remontées acides la réveillaient de douleur.

Mais lorsque j'ai repris le travail, j'ai essuyé une 2ème confusion sein/tétine. Dans ce contexte déstabilisant d'adaptation et de changements (introduction d'une tasse à bec pour boire mon lait tiré qu'elle refusa dans un 1er temps, la tutute utilisée durant toute la durée de sa sieste, l'absence de sa maman, une poussée dentaire) Lola a montré des signes d'énervement et de mauvaise succion au sein. Un malencontreux biberon donné contre mon autorisation par la nounou, aura encore une fois de plus détournée Lola de mon sein ! Et ma lactation chuta de nouveau. Je me suis battue tout un week-end durant pour la relancer en multipliant les tétées malgré ma fatigue.

En conclusion, cette tutute aura été plus une entrave à l'allaitement qu'un bienfait. Elle a perturbé la mise en place de ma lactation qui était déjà chaotique (engorgements, mastites) à cause de mon REF et du reflux de Lola, qui tétait anarchiquement pour calmer sa douleur. Elle m'a rendu plus difficile à comprendre le fonctionnement d'un allaitement à la demande. Mais elle fait définitivement partie de notre relation et devient un jeu maintenant que Lola est plus grande, lorsqu'elle fait téter sa tutute à mon sein pendant qu'elle tète l'autre côté.

Depuis ses 12 mois environ, les choses sont bien tranchées entre "tétée alimentaire" et "tutute réconfort". C'est moi qui ai plus de mal à me faire à cette idée. En ce moment, c'est elle qui prend le relais pour l'endormissement du soir, Lola ne voulant plus téter mon sein que le matin et en journée.

Je faisais déjà un régime d’éviction du lait de vache, car j’y suis intolérante, qui est souvent responsable des réflexes d'éjection fort. Mon REF ne s’est calmé que lorsque j’ai arrêté les larges cuillerées de purée d'amande que je consommais régulièrement. Je ne savais pas que l'amande, comme la châtaigne, la figue et la plupart des fruits oléagineux, est galactogène.

fanette


Parcours d'une mère dans le diagnostic du reflux

Nous avons eu deux garçons, tous deux ont souffert de reflux interne. Mais le parcours diagnostique a été différent pour chacun d'eux.

Lire la suite...

Maladie Coeliaque et perte de poids

Cette mère a accouché en novembre 2004 d’un petit garçon en parfaite santé. Elle avait allaité son premier enfant pendant plus d’un an, et prévoyait d’en faire autant avec son second enfant. Ce dernier a été exclusivement allaité pendant environ 7 mois, et sa croissance a été excellente pendant toute cette période. A cet âge, l’enfant a commencé à consommer des solides. A 8 mois, il pesait 10 kg 400. A 14 mois, il pesait toujours 10 kg 400 et il n’avait pas grandi, en dépit des solides, et d’une douzaine de tétées quotidiennes.

Lire la suite...

Mères d'enfants différents

Vous les rencontrez un peu partout.

Au marché, dans le métro, chez le médecin…

Parfois, vous assistez aux crises de leurs enfants au parc ou au supermarché.

Vous les trouvez très patientes ou trop peu.

Quand vous les regardez de près, vous trouvez peut-être qu’elles sont particulièrement cernées, essoufflées.

Lire la suite...

Reflux diminué par l'arrêt de la vitamine D

Ma fille avait un reflux gastro-oesophagien depuis sa naissance que nous n'arrivions pas à guérir. Une puéricultrice, animatrice de la Leche League, m’a alors parlé de cas d’intolérance aux excipients contenus dans les vitamines.

Lire la suite...

Constipation à l'introduction du blé

Vers l'âge d'un an, Rémi goûtait seulement à quelques aliments lorsque j'ai commencé à introduire les céréales, d'abord des pâtes au blé. Il a commencé à être constipé.

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...