Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

 

Lorsque Lola avait faim, ça ne pouvait pas attendre et elle avait très souvent envie de téter et longtemps.
Lorsque Lola digérait, je devais la porter un moment indéterminé d’environs plusieurs heures.
Lorsque Lola avait sommeil, il fallait que je m’isole au calme dans le noir de préférence et l’endormissement était très long.
Lorsque Lola s’endormait, enfin, je ne pouvais l’allonger plus de 15mn.
Lorsque Lola se réveillait, encore, c’était toujours en criant et en sursaut.
Lorsque la couche était pleine, il fallait que j’attende le bon créneau pour pouvoir la poser sur la table à langer.
Lorsque je devais me déplacer en voiture, il fallait que je m’arrête souvent pour redresser Lola qui s’agitait.

Pour moi, le temps s’est arrêté 13 mois durant. Le jour, dans le noir de sa chambre. La nuit, assise au milieu de mon lit, elle, serrée dans mes bras. Il n’existait plus de jours, ni d’heures. Juste un instant, celui de l’urgence.

Je n’ai pas vécu, j’ai juste survécu. Je mangeais, j’urinais, je dormais, quand je pouvais. C’est à dire de manière infiniment fragmentée. Il n’y avait pas, jamais, moyen de remettre à « plus tard », d’avoir un instant bien à moi. Et j’ai du complètement abandonner tout le reste : le couple, la maison, les amis, les hobbies…

Lola avait un reflux gastro-oesophagien (RGO), qui s’est transformé au fil des mois en oesophagite.

Si Lola avait si souvent et urgemment faim, c’est que téter soulage temporairement la douleur.
Si Lola avait une digestion si longue et si difficile, c’est parce que des rots acides la faisaient souffrir pendant des heures. Seule la positon verticale la soulageait car elle limite les remontées de suc gastrique.
Si Lola avait tant de mal à s’endormir, c’est que le reflux engendre des spasmes, une tonicité et une raideur physiques et qu’il est bien difficile de se détendre dans ces conditions.
Si Lola ne pouvait pas rester allongée plus de 15mn le jour et 2h la nuit, c’est parce que cette position favorise la remontée du contenu de l’estomac.
Si Lola se réveillait toujours en criant, c’est parce que c’est la douleur qui la sortait du sommeil.
Si Lola ne supportait pas la table à langer, le Cosy ou encore le bain, c’est parce qu’elle y était trop inclinée.

J’avais immédiatement mesuré et compris sa détresse. Mais pour les médecins, le fait qu’elle pleure peu a minimisé le problème. Elle n'a été soignée qu'à 13 mois, à la suite d'une fibroscopie.

Dans de telles conditions, sans l’allaitement, sa facilité de mise en place, son effet calmant immédiat sur le bébé, la grande qualité de sommeil qu’il apporte à la mère, l’enthousiasme (relatif ici) qu’il procure par effet des hormones, je n’aurais jamais, jamais, pu m’occuper aussi bien et si longtemps d’un bébé-RGO.

fanette


Dormir avec bébé en écharpe de portage

Depuis que Pauline est née, je pense que les siestes qu'elle a pu faire allongée seule dans un lit peuvent se compter sur les doigts des deux mains ! Les deux semaines ayant suivi sa naissance, elle s'endormait au sein, puis je ne cherchais plus à bouger et lisais. Le soir, nous réussissions encore à la poser endormie. Mais très vite, dès la 3ème semaine je pense, Pauline n'a plus pu s'endormir au sein. J'ai alors compris que j'avais un terrible réflexe d'éjection fort du lait (REF) et elle, un reflux lié à mon REF.

Lire la suite...

Pharmacie au naturel pour bébé atopique

Il n'est pas nécessaire d'acheter un produit pour chaque usage ou chaque maladie infantile, lorsqu'on connait et que l'on a testé certains produits "tout en un" très pratiques.

Lire la suite...

Mycose mammaire chronique

Pourquoi une mycose mammaire dure si longtemps? D'abord je ne savais pas qu'allaiter ne doit pas faire mal. Parce que la douleur s’est amplifiée insidieusement et progressivement sur plusieurs semaines avant que la situation devienne intenable.

Lire la suite...

Vasospasme soigné au calcium et magnésium

J’ai mis Nathan au monde en octobre 2008. Je l’ai allaité dès sa naissance et très vite, j’ai ressenti de vives douleurs aux deux seins après chaque tétée. Pour être imagée, c’est comme si on m’arrachait la peau des seins et qu’on me donnait des coups d’aiguilles à travers la poitrine. J’ai ressenti vraiment quelque chose de désagréable, qui demeurait longtemps après la tétée. Les mamelons étaient aussi blancs en partie. J’ai remarqué que ces douleurs s’accentuaient avec le froid de l’hiver arrivant.

Lire la suite...

Constipation et intolérance aux protéines du lait de vache

A 1 mois, le bébé pesait 3720 g. Ses selles ont été rares à partir de cet âge : environ une tous les dix jours, mais émises sans aucune difficulté et d’aspect parfaitement normal. La prise de poids était bonne (800 g par mois en moyenne pendant les 4 premiers mois). Elise souffrait par contre de nombreuses rhinites et rhino-pharyngites.

Lire la suite...

Courbes de poids spécifiques pour bébés allaités

Ca faisait longtemps que je voulais faire la comparaison pour vérifier... je l'ai faite hier, et j'en ressors d'autant plus convaincue.
Ce billet s'adresse donc à toutes les mères qui allaitent et qui supportent des remarques désobligeantes de la part de leur médecin, pédiatre, puéricultrice, etc... concernant l'évolution du bébé, qui "grossit trop", ou "ne prend pas assez de poids".
Il faut savoir que les courbes de poids des carnets de santé sont basées sur des moyennes prises sur des bébés non-allaités, qui ont donc une évolution typique de bébés biberonnés.

Lire la suite...