Je ne sais par quel mécanisme, mais souvent les bébés souffrant d'un reflux vont "oublier" leur douleur lorsqu'on leur change les idées ou alors elle se calme sous l'effet de la détente occasionnée ?

 

Balades, dialogues et grimaces du papa, visites chez le docteur, même, sont souvent l'occasion d'un répit. Mais au bout de quelques temps, quand même, quand l'effet "nouveauté" s'estompe (soit vers la fin de la consultation chez le docteur, par exemple), les grognements reviennent. Les promenades, la voiture et le portage sont les seules activités qui donnent un répit plus long, dû aux vibrations peut-être (?) (mais là aussi, au bout de quelques heures, de voiture, par exemple, les douleurs reviennent de plus belle : vite ! arriver !).

Ce qui fait que les bébés RGO sont souvent qualifiés d'"impatients", car il faut les changer de jeu très régulièrement et toujours en inventer un nouveau (pour qu'ils mangent leur purée, par exemple... après le repas, la pièce est un champ de bataille de jouets en tous sens...).

On les dit aussi "jean qui rit jean qui pleure" car les faire marrer va occasionner le même répit mais la douleur reviendra vite et il passera directement du rire aux larmes. "Glouton" aussi, car ils cherchent un soulagement en se goinfrant de lait ou de nourriture solide.

De là à les traiter de "capricieux", on le comprend bien, il n'y a qu'un pas... que l'entourage franchit parfois allègrement, et que les mamans doivent savoir contrer. Les VRAIS caprices n'arrivent pas, à mon avis, avant quasiment un an et cette phrase sur le rôle parental m'a toujours plu : "la première année est tendre, la deuxième année tendre et sévère et la troisième est tendre, sévère et sociale".

N'oublions donc jamais la tendresse !

ma


Dormir avec bébé en écharpe de portage

Depuis que Pauline est née, je pense que les siestes qu'elle a pu faire allongée seule dans un lit peuvent se compter sur les doigts des deux mains ! Les deux semaines ayant suivi sa naissance, elle s'endormait au sein, puis je ne cherchais plus à bouger et lisais. Le soir, nous réussissions encore à la poser endormie. Mais très vite, dès la 3ème semaine je pense, Pauline n'a plus pu s'endormir au sein. J'ai alors compris que j'avais un terrible réflexe d'éjection fort du lait (REF) et elle, un reflux lié à mon REF.

Lire la suite...

Constipation et intolérance aux protéines du lait de vache

A 1 mois, le bébé pesait 3720 g. Ses selles ont été rares à partir de cet âge : environ une tous les dix jours, mais émises sans aucune difficulté et d’aspect parfaitement normal. La prise de poids était bonne (800 g par mois en moyenne pendant les 4 premiers mois). Elise souffrait par contre de nombreuses rhinites et rhino-pharyngites.

Lire la suite...

Pharmacie au naturel pour bébé atopique

Il n'est pas nécessaire d'acheter un produit pour chaque usage ou chaque maladie infantile, lorsqu'on connait et que l'on a testé certains produits "tout en un" très pratiques.

Lire la suite...

Reflux, aucun répit possible

Aujourd’hui je peux m’occuper de ma fille sereinement car, même si le moment n’est pas opportun et que je dois interrompre mes activités, je sais que je peux remettre les choses à « plus tard ». Et ça change tout ! Mais auparavant…

Lire la suite...

Lait maternel, elle n'aime que ça !

Lola a un reflux depuis sa naissance. Elle est allaitée. Les conditions particulièrement difficiles qu’induit le reflux gastro-oesophagien (RGO), m’a fait remettre en cause l’allaitement plusieurs fois. Mais… Lola n’aime pas le lait de vache et le peu qu’elle en ait mangé, a engendré des régurgitations de lait caillé. Elle est allergique au soja (vomissements). Et puis, elle a refusé tous les "laits" végétaux, sauf le "lait" de riz. Mais celui-ci la constipe ! Alors, qu’aurais-je fait si je n’avais pas allaité ?

Lire la suite...

Un besoin permanent de contact

Savannah était un bébé très tonique, elle tenait sa tête à la naissance et l'examen médical était très difficile parce qu'on ne pouvait pas la "déplier". Il lui fallait un contact physique quasi constant, impossible ou quasi impossible de la poser, ou alors avec d'infinies précautions et des méthodes de sioux, mais comme elle dormait par tranches d'un quart d'heure... C'était un bébé ultra sensible, qui sursautait au moindre bruit, elle avait un réflexe de Moro très fort, par exemple, si elle était dans mes bras, face à moi et je commençais à me pencher en avant, ses bras s'écartaient de suite et elle hurlait, c'est aussi pour ça qu'on ne pouvait pas la poser.

Lire la suite...