L’allergie à l'arachide est une des réactions les plus fréquente chez l’enfant (23% des allergies alimentaires infantiles contre 4% chez les adultes) avec une sensibilisation de plus en plus précoce. Elle peut provoquer des réactions très dangereuses, voire mortelles (choc anaphylactique).

C'est une réaction du système immunitaire (IgE médiée de type I) qui se rebelle contre les protéines contenues dans l'arachide : albumines, globulines et leurs sous-unités Ara h1, Ara h2 extrêmement allergéniques, qui seraient présentes uniquement dans la graine et non dans les autres parties de la plante.

L’allergie à l’arachide dure en général toute la vie. Mais une faible proportion des enfants va finalement devenir tolérante à la consommation d’arachide et ne plus réagir (entre 10 et 20 % des allergies à l’arachide évoluent vers la guérison avant l’age de 5 ans).  Le risque d’allergie à l’arachide est plus élevé chez les bébés qui présentent une dermatite atopique et/ou d'autres allergies alimentaires. Un enfant allergique à l’arachide a également plus de risque de se sensibiliser à d'autres aliments.  Les protéines allergisantes de l'arachide sont thermostables, ce qui veut dire qu'elles ne sont pas détruites lors de la cuisson. Au contraire, le rôtissage à plus de 180°C augmente leur allergénicité. L’arachide bouillie, elle, est beaucoup moins allergisante.

 

Symptômes

Les symptômes de l’allergie à l’arachide sont par ordre d'importance : la dermatite atopique (40%), l’œdème de Quincke (37%), l’asthme (14%), le choc anaphylactique (6%) et des symptômes digestifs (1,4%). La particularité de l’allergie à l’arachide, est qu'elle peut être déclenchée par des doses très faibles (de l'ordre de 100 microgrammes) et les réactions peuvent engager le pronostique vital. Les personnes ayant eu des réactions sévères vont réagir à de plus petites doses, que celles qui n’ont présenté que des symptômes légers. Les réactions peuvent évoluer et peuvent augmenter en intensité légèrement avec l'âge, ou à l’inverse aboutir à une forme de tolérance sans plus aucune réaction (entre 10 et 20 % des cas).

 

Réactions croisées

Les personnes allergiques à l'arachide sont susceptibles de développer des allergies : aux fruits à coques (amandes, différentes variétés de noix, noisettes, pignons, pistaches...) et plus rarement aux légumineuses (soja, pois, haricots, fèves, lentilles, lupin...). Parmi les légumineuses, le risque d’allergie croisée au lupin est particulièrement plus élevé. Il existe également une sensibilité accrue aux pollens de graminées.  Aussi un lien entre arachides, autres légumineuses (lupin), noix et soja http://www.allerg.qc.ca/allarach.htm#lienarachnoix. Le fenugrec http:/fr.wikipedia.org/wiki/Fenugrec utilisé dans les préparations alimentaires épicées ou comme galactogène chez la mère allaitante, contient un certain nombre de protéines potentiellement allergisantes. Une récente étude, montre qu’il peut y avoir une allergie croisée avec les arachides. Une mère allaitant un bébé allergique à l'arachide, devrait utiliser avec prudence le fenugrec, tout en observant s'il y a ou non une réaction chez son bébé.  Résumé de l’étude allergénicité du fenugrec (en anglais) http:/www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18930518

 

Dépistage

Des tests (tests cutanés, test RAST…) peuvent être pratiqués par un allergologue pour mettre en évidence l'allergie. Puis un dosage des IgE spécifiques est réalisé pour évaluer quel est le niveau de sensibilisation. Il est ensuite possible de pratiquer d'autres dosages sanguins sur des protéines spécifiques (Aha h1, Aha h2, Aha h3) afin de savoir si la personne est susceptible de faire ou pas un choc anaphylactique. Ces derniers dosages permettent également de savoir si la personne à plus de risque de développer une allergie croisée Avant l'âge de 2 ans, le résultat de tests cutanés avec un diamètre et avec quels aliments en particulier.  de plus de 6 mm et d’IgE spécifiques de plus de 3 kUA/L, serait des signes de prévisibilité de la persistance de l'allergie. Mais parfois l’allergie à l’arachide évolue favorablement vers une rémission, bien que les tests cutanés peuvent souvent, encore demeurer positifs pendant plusieurs années. Chez les personnes avec un taux d'IgE spécifiques bas, un test de réintroduction sous surveillance médicale pourrait être proposé pour apprécier si elles réagissent encore à l'aliment.

 

Traitement, éviction

En cas d’allergie à l’arachide, il faut faire un régime d’éviction strict de toute denrée à base d’arachide, souvent à vie si l’allergie perdure. Dans les formes les plus graves, l’allergologue prescrit en plus une trousse d'urgence, que le patient doit avoir en permanence sur lui. Elle peut être composée d'un stylo injecteur d'adrénaline (Anakit, Anapen) en cas de choc anaphylactique, d'un corticoïde, d'un anti-histaminique, d'un inhalateur broncho-dilatateur. Chez l’enfant scolarisé et très réactif à l’arachide (choc anaphylactique), il est conseillé d’établir un Projet d'Accueil Individualisé (PAI). La méthode de désensibilisation par injection d’extraits d’arachide, reste très discutée. Par mesure de précaution, il est recommandé de limiter sa consommation d’arachide durant la grossesse pour éviter la sensibilisation intra-utérine.

 

Aliments à exclure

Il faut retirer de l'alimentation tout aliment pouvant contenir de l'arachide, et cela de manière stricte. En cas d’allergie croisée, il faut également supprimer les fruits à coque (noix) et parfois les légumineuses. L’arachide est largement présente dans de nombreuses denrées industrielles (particulièrement l’huile d’arachide). Comme une très faible dose d’arachide suffit à déclencher une réaction, parfois sévère, la moindre trace dans une denrée peut être dangereuse. Il est donc très important de bien lire les étiquettes de tout ce que vous consommer. En général, le chocolat et toutes les pâtisseries industrielles sont fabriqués dans des ateliers qui manipulent également l’arachide. Chez les personnes les plus sensibles, ces denrées là sont à exclure car elles peuvent contenir des traces d’arachide.  Un décret européen oblige à mentionner sur la liste des ingrédients la présence volontaire d’arachide dans les denrées alimentaires qui en contiennent. Par contre ce décret ne couvre pas les éventuelles contaminations croisées, lors de la fabrication des denrées alimentaires. Les industriels, à leur propre initiative, ont mis en place une mention supplémentaire du type "peut contenir des traces de" ou "fabriqué dans un atelier qui utilise", mais elle ne permet pas d’en savoir plus. Une première réaction à l'arachide et aux noix peut survenir après la consommation de denrées étiquetées comme telle. Comment décrypter les étiquettes pour éviter l'arachide ? http:/www.afpral.asso.fr/sinformer-sur-les-allergies/dossiers-de-lafpral/incidence-du-risque-allergique-alimentaire-sur-la-famille-strategies-d-achats-et-handicaps-so.html D’autre part, en cas d’allergie croisée, le lupin par exemple, peut constituer un allergène masqué (10% de lupin dans de la farine de blé sans étiquetage spécifique peut suffire à déclencher une réaction). Même l'huile de sésame, qui n'est pas une noix et donc qui ne présente pas de risque d’allergie croisée, est utilisée couramment et peut contenir des taux considérables de protéines d'arachides. Attention également aux cosmétiques et en particulier aux crèmes "anti-crevasses" qui peuvent contenir de l'arachide.  Arachide : aliments autorisés/aliments interdits http:/www.cicbaa.com/pages_fr/regimes/arachide.html Quels aliments contiennent de l’arachide? http:/www.club-allergie.fr/aaa_fr/7868-ou-trouve-t-on-arachide.html Conseils alimentaires aux allergiques à l'arachide http:/www.allergienet.com/arachide-conseils-allergie.html Fruits à coques : aliments autorisés/aliments interdits http:/www.cicbaa.com/pages_fr/regimes/fruitsacoques.html Légumineuses : aliments autorisés/aliments interdits http:/www.cicbaa.com/pages_fr/regimes/legumineuses.html

 

Remplacer l'arachide

L’huile d’arachide peut être remplacée par n’importe quelle autre huile végétale (tournesol, olive ou palme par exemple pour la cuisson). S’il n’y a pas d’allergie croisée aux fruits à coques, on peut utiliser d’autres noix diverses, en particulier pour réaliser des pâtisseries.

 

 

 

+ d'info