Tenir un journal alimentaire peut aider a se faire une idée de l'ingrédient à l'origine des réactions. On y note la composition détaillée des repas consommés pendant plusieurs semaines. C'est un document souvent très utile à l'allergologue. Etablir un diagnostic d'allergie ou d'intolérance est une démarche laborieuse, qui s'apparente bien souvent à une véritable enquête à la traque d'un aliment et cela peut prendre du temps.

Les réactions franches et immédiates, survenant juste après la consommation d'un aliment, sont en général vite identifiées. Par contre, les allergies où les symptômes apparaissent plusieurs heures, voire plusieurs jours plus tard, sont souvent plus difficiles à repérer. Tenir un cahier alimentaire sur une durée de plusieurs semaines peut vous permettre d’isoler, par recoupement de situations qui se répètent, le ou les aliments responsables.

Pour le nourrisson exclusivement allaité, c'est la mère qui notera ce qu'elle mange, tout en observant l'apparition de symptômes chez son bébé. Même si cette méthode est laborieuse, elle permet, au final, de supprimer  seulement les aliments qui posent problème et vous évitera d’avoir à maintenir, dans le doute, une éviction trop vaste et trop contraignante.

 

Comment tenir le journal alimentaire ?

 

Notez absolument la composition exacte de tous les repas pris au cours de la journée et leurs horaires.

Prenez le temps de lire la liste des ingrédients sur l'emballage des produits consommés et de recopiez-en la composition. Vous pouvez aussi découper l'emballage et le conserver dans le cahier alimentaire, ce qui est moins laborieux. Lorsque vous le pouvez, il est plus simple est de cuisiner soi-même avec des ingrédients unique, exemple :une pomme cuite plutôt qu'une compote, un steak découpé par le boucher plutôt qu'un steak haché déjà préparé et emballé sous vide, qui peuvent contenir additifs, arômes, colorants ou conservateurs. Autant de substances qui peuvent auxquelles votre bébé pourrait réagir. Evitez également le jambon et la charcuterie qui contiennent beaucoup d'éxipients, dont du lait (protéines animales) ou encore du blé (amidon, sirop de glucose) ou des oeufs (lysosine).

 

Observez les réactions survenues dans un délai de 24 à 72h.

Notez-les dans le cahier en indiquant l'heure d'apparition des signes par rapport à celle des repas. Le delai d'apparition des symptômes n'est pas toujours en corrélation avec le dernier repas pris. En effet, certaines formes d'allergies, en particulier les intolérances alimentaires, provoquent des symptômes à apparition tardive, plusieurs heures, voire plusieurs jours après la consommation de l'aliment.

Décrivez la nature des symptômes, leur intensité, l'endroit où ils se situent sur le corps, ainsi que la durée de leur présence et le moment, l'heure ou le jour, de leur disparition. Essayez d'établir une corrélation entre tous ces éléments. Parfois, à force d'observation et de temps ou de répétition d'un scénario, on fini par trouver l'évidence de l'aliment (ou les aliments) responsable(s) de la réaction.

En cas d'échec, n'oubliez pas qu'il peut y avoir plusieurs aliments différents à l'origine des symptômes. Cela complique les choses, et il faut alors traquer quels autres aliments pourraient être suspectés et supprimés à leur tour, avec la même méthodologie, cependant vous tenez votre journal alimentaire.