Garde et scolarisation sous PAI

Le Projet d’Accueil Individualisé (PAI) permet d’organiser les modalités particulières de vie à l’école et fixe les conditions d’intervention (repas adaptés, médicaments à administrer, sorties organisées...) de l’enfant allergique ou intolérant.

C'est un dossier administratif (circulaire n°93-248 du 22 juillet 1993 et circulaire n° 99-181 du 10 novembre 1999), mis au point conjointement par le médecin, la famille et le directeur de l’établissement. Il se fait à la demande des parents, mais bien souvent il est suggéré par le médecin scolaire ou le médecin traitant. Le PAI doit être renouvelé à chaque rentrée scolaire.

 

Il vise à encadrer la prise en charge de l’enfant tout au long de sa présence au sein de la collectivité (écoles, collèges, lycées publics et agricoles, établissements privés, établissements de la petite enfance, centres de vacances et de loisirs).

Initié à la demande des familles, il doit permettre l’association des 4 acteurs signataires du PAI, à savoir : le directeur de l’établissement, le médecin prescripteur, le médecin scolaire et le responsable de la restauration scolaire.

Deux possibilités sont envisageables pour l’alimentation de l’enfant : soit les services de restauration fournissent le repas adapté au régime de l’enfant ; soit la famille prépare un panier-repas. Ce panier-repas est sous l’entière responsabilité de la famille, de la préparation à la consommation. Le PAI doit donc prévoir les modalités de transport, de stockage et de consommation par l’enfant, dans le respect de la chaîne du froid. Un modèle de PAI est annexé à la circulaire de 2003. Pour les associations de personnes allergiques ou intolérantes, le panier repas ne doit être qu’une solution extrême : la prise en charge par la restauration collective est possible et réalisée dans l’immense majorité des cas. *

 

Protocole de soins et d’urgence : la définition des actes pouvant être réalisés par des personnels non médicaux (auxiliaires de vie par exemple) doivent être définis, ainsi que l’information et la formation de ces personnels. Ainsi, notamment en cas d’urgence, les actes relatifs à l’administration de médicamentssous forme orale, inhalée ou d’auto-injection sont envisageables, mais la première action doit consister en l’appel du SAMU. *

 

Aménagements pédagogiques : ils visent à permettre aux enfants malades de poursuivre leur scolarité, sous différentes formes (scolarisation à l’hôpital, à domicile, enseignement à distance, auxiliaire de vie). Ces aménagements sont toutefois plus destinés aux enfants handicapés, ou victimes d’accidents, qu’aux enfants souffrant d’allergies alimentaires. *

 

Le nombre de PAI est en augmentation constante depuis l’année scolaire 2005-2006 [...] : accompagnement d’enfants asthmatiques (30% des PAI) et allergiques (20 à 25%). Le diabète et l’épilepsie ne concernent, respectivement, que 6,5 et 6,1% des projets d’accueil. *

 

Des difficultés subsistent néanmoins, difficultés dues essentiellement à l’attitude des parents et à celles des municipalités :

  • Des parents qui ne souhaitent souvent pas engager une démarche de type PAI par manque de connaissance du dispositif ou temps pour accomplir les démarches, par peur de stigmatisation de leur enfant, voire par peur d’un refus de scolarisation par l’établissement ou crainte du surcoût demandé. La contrainte de préparation d’un panier repas est également un frein à la mise en place d’un PAI.
  • Des municipalités par manque d’information, crainte de la part du personnel d’une responsabilité en cas d’accomplissement d’actes comme l’utilisation d’un stylo à injection ou crainte de devoir recruter du personnel supplémentaire pour assurer la gestion des PAI, ce qui n’apparaît absolument pas justifié. *

 

 

* Extrait de l'avis du CNA n°66 « Comment mieux cerner et satisfaire les besoins des personnes intolérantes ou allergiques à certains aliments ? »

 

 

 

+ d'info

 

Infos

Les laits HA ne protègeraient pas des troubles allergiques

 

 

Une information diffusée sur le site de La Leche League : Une méta-analyse publiée dans le British Medical Journal établie qu'il n'y a aucune preuve consistante que les laits HA ou les hydrolysats poussés réduisent en quoi que ce soit le risque de maladies allergiques ou auto-immunes chez les enfants à risque. Les laits infantiles hypoallergéniques sont souvent proposées quand il y a des antécédents familiaux d’allergies chez un enfant non allaité ou ayant besoin d‘un complément de lait artificiel.

+ d'info sur le site LLL

 


 

Guides nutrition du PNNS

Le Programme National Nutrition Santé a édité des guides de nutrition pour la femme enceinte et l'enfant de la naissance à trois ans. Ils sont téléchargeables sur le site mangerbouger.fr.

+ d'info

 


 

Quatre films destinés aux parents

 

ABRA a participé à la réalisation de quatre films pour améliorer l'offre de soins en périnatalité.

C'est un projet mené par le réseau périnatalité Ombrel (Nord) avec la collaboration d'ABRA.

Ces films traitent des thèmes de la grossesse, la naissance et devenir parents. Destinés aux parents, ils sont diffusés dans les maternités.

Visionner les films ici :