Le couchage en proclive consiste à faire dormir le bébé sur un plan incliné (30 ou 45 degrés), de manière à ce qu'il ait la tête plus haute que les pieds. Cette méthode limite les remontées acides de l'estomac.


Il est déconseillé d'utiliser un oreiller, sauf ceux spécialement étudiés pour ce genre d'utilisation (en général, des oreillers fermes et en pente douce). Ce type d'oreillers sont plutôt adaptés aux enfants plus grands. Pour les nourrissons, il est préférable d'incliner la tête de lit en plaçant des cales sous les pieds de lit ou de glisser une petite pile de linge, par exemple, en dessous du matelas. Il existe également des lits ou des systèmes spéciaux avec harnais, qui permettent bien souvent de redresser, si nécessaire, encore plus fortement le bébé durant son sommeil et en toute sécurité.

La pente créée oblige souvent à devoir attacher le bébé avec un harnais spécial pour ne pas qu'il glisse au fond du lit à cause de ses mouvements durant son sommeil. Certains parents cousent astucieusement des lacets ou des rubans à une gigoteuse, afin de pouvoir la fixer au côtés du lit à barreaux. Mais, dans ce cas, il faut la choisir avec des jambes, et non pas une simple poche, pour retenir le bébé et éviter qu'il ne glisse à l'intérieur de la gigoteuse.

Ces aménagements sont parfois le seul moyen pour que le bébé dorme et que les parents se reposent, au moins quelques heures d'affilées, même s'ils ne sont pas toujours faciles à mettre en oeuvre.

D'un point de vue sécurité, veillez particulièrement à ce qu'il n'y ait pas d'accessoires (coussins, peluches, tour de lit, etc) qui pourraient être dangereux ou créer un risque d'étouffement si le nourrisson venait à bouger dans son sommeil. Il est de toute façon préférable de dormir à proximité du bébé pour pouvoir le surveiller.

 

 

+ d'info